Les ventes automobiles en Europe par groupe de pays et principaux marchés, 1945-2016

Référence

Freyssenet M., Les ventes de véhicules automobiles neufs en Europe, par groupe de pays et principaux marchés, 1945-2016. Document d’enquête : cinq tableaux, neuf graphiques, commentaire. Édition numérique, freyssenet.com, 2007 et mises à jour, 159 Ko. ISSN 7116 0941.

Le fichier est téléchargeable en allant à la fin de cette page.

Recherche à l’origine

L’élaboration de ce tableau s’inscrit dans le travail de réinterprétation de l’histoire de l’industrie automobile à la lumière du schéma d’analyse des modèles productifs, élaboré avec Robert Boyer dans le cadre des programmes internationaux de recherche du GERPISA.

Présentation des tableaux

But

Disposer d’une représentation aussi fiable que possible du marché automobile en Europe par grande zone commerciale, depuis 1945.

Contenu

La feuille "Tableaux" donne les immatriculations de véhicules neufs (véhicules particuliers et véhicules utilitaires) en Europe de 1945 à 20..., selon différents regroupement de pays (Continent Européen, Union Européenne, Europe occidentale et Europe méditerranéenne, Europe centrale et orientale; Europe germanique, Bénelux, Europe du nord, Îles britanniques, Europe latine, Méditerranée orientale;Europe centrale, Balkans, États Baltes, Russie, Europe orientale, autres; les pays principaux marchés). Elle comprend 6 tableaux.

Les graphiques, au nombre de 10, représentent les évolutions séparées ou en cumulé.

Définitions

Les définitions des véhicules automobiles, des véhicules particuliers (VP), des véhicules utilitaires (VU), des véhicules neufs (VN), des immatriculations et des ventes se trouvent en cliquant sur le lien suivant Les ventes automobiles mondiales, par continent et principaux marchés, 1898-2015.

Indicateur

L’indicateur du véhicule neuf livré au premier utilisateur est la première immatriculation.
Lorsque l’information était manquante une année donnée dans une série, on a eu recours aux « ventes » telles que publiées annuellement par Automotive News. Il en a été ainsi pour quelques pays de l’est européen en 1999.

Sources et modalités d’élaboration du tableau

Les sources varient selon les pays et selon les années. Pour les connaître, il faut cliquer sur le coin rouge de la case mentionnant le pays ou le groupe de pays. Elles sont données en abrégé. Ci-dessous la signification des principaux sigles utilisés:
- WMVD (AAMA) : World Motor Vehicles Data de l’American Automobile Manufacturers Association (Etats-Unis)
- IRF : International Road Federation
- SMMT : Society of Motor Manufacturers and Traders (Grande Bretagne)
- GERPISA : Annuaire statistique de l’automobile, Chanaron J-J. (dir.), Groupe d’Études et de Recherches Permanent sur l’Industrie et les Salariés de l’Automobile, 1987, 188 p.
- CCFA : Comité des Constructeurs Français de l’Automobile. Plusieurs publications, notamment :
Ind auto Frce = L’Industrie automobile en France, 1988 à 1990
Auto mde = L’automobile dans le Monde, 1992 et 1993
Véh auto mde = Les véhicules automobiles dans le monde, Annuaire de statistiques, 1999
A&St : L’industrie automobile française. Analyse et Statistiques
- Auto news : Automotive News. Global Market Data Book.

Quand plusieurs sources étaient disponibles, le CCFA a été privilégié, car il procède à un travail de contrôle des chiffres déclarés en vérifiant leur cohérence avec d’autres sources (production, exportations, importations, ventes, etc.).

Les modalités d’élaboration de chaque série sont également précisées, quand cela est nécessaire, dans chaque tableau. Cliquer sur le coin rouge.

Les immatriculations de tous les pays de l’Europe de l’ouest sont connues depuis 1958. Avant, elles ne le sont que pour les principaux. Il n’en est pas de même pour l’Europe de l’est. Jusqu’à l’éclatement du bloc des « pays socialistes », on ne dispose d’aucune information concernant les immatriculations par pays. Font exception toutefois : la Pologne à partir de 1967, de l’ex-Yougoslavie à partir de 1963, mais avec des interruptions de série, de la Hongrie et de la Roumanie à partir de 1985, de l’ex Tchécoslovaquie de 1987 à 1989. On a des indications pour l’ex-Union Soviétique pendant les années 80, mais elles ne concernent que les véhicules particuliers. Or la production de véhicules utilitaires était très importante. Depuis 1990, on a les immatriculations des principaux pays de l’est européen, en particulier de la Russie. Il a été possible de calculer les immatriculations des « autres pays » de cette région en faisant la différence entre la somme des immatriculations des pays les déclarant avec les immatriculations de l’ensemble des pays de l’Europe centrale et orientale, telles que le CCFA les évaluent depuis 1985 en recoupant plusieurs sources. Pour la période 1945-1984, nous avons procédé de même, mais en prenant la production des pays du bloc soviétique comme équivalent des immatriculations de cette zone. De fait les exportations comme les importations de véhicules neufs étaient très faibles et se compensaient. Il reste que les données concernant l’Europe centrale et orientale seront soumises probablement à révision, lorsqu’il sera possible à des chercheurs d’accéder aux sources premières, si elles existent encore. La transmission de l’information aux organismes internationaux est encore loin d’être aujourd’hui systématique et fiable pour tous les pays de la région, notamment pour les pays de la Transcaucasie et de l’Asie centrale, qui appartenaient au bloc soviétique.

Nature de l’information

Les immatriculations sont une information de nature administrative. Mais elles ont pu faire l’objet de sur ou sous-estimation pour des raisons politiques ou pratiques, notamment dans les pays de l’est européen.

Périmètre

Les périmètres de l’Europe de l’ouest, de l’Europe de l’est et des différents groupes de pays sont donnés dans les tableaux. La frontière placée entre les deux Europes et même avec l’Asie ou le Moyen-Orient varie selon les sources. Le cas de la Turquie est typique. Ce pays se retrouve classé au Moyen-Orient, en Asie, en Europe centrale et orientale ou bien en Europe occidentale. Dans les tableaux, nous l’avons mis avec l’Europe occidentale. Quand à l’Europe de l’est, ou « Europe centrale et orientale », elle correspond dans nos tableaux aux pays de l’ex-bloc soviétique, y compris les pays de l’ex-Yougoslavie, ainsi que les pays d’Asie centrale et du Caucase (Georgie, Arménie, Azerbaïjian) qui faisaient partie de l’ex-Union soviétique.

Les groupes de pays auxquels on a eu recours sont les ensembles géo-politiques délimités par l’équipe d’Yves Lacoste, tels qu’ils sont présentés dans l’Annuaire économique et géopolitique mondial L’état du monde, publié par La Découverte. Le découpage spatial se révèle pertinent pour étudier l'automobile, de sa production à sa diffusion.

Qualité de l’information

Dans le cas des livraisons automobiles, il n’y a pas de risque de double compte entre pays, comme dans le cas de la production. L’immatriculation du véhicule neuf est un acte administratif, qui ne soufre théoriquement pas d’ambiguïté. Pour des raisons politiques ou pratiques, les données concernant les pays du bloc soviétique avant 1990 sont d’une fiabilité relative. Elles sont à utiliser avec précaution.

Il va de soi que la qualité de la collecte de l’information n’est pas encore parfaite dans ces pays, en particulier dans les pays où l’État est en construction ou en reconstruction. Dans ce cas-là, les organismes statistiques internationaux font des comparaisons avec d’autres sources et parviennent à des évaluations satisfaisantes. Mais d’une manière générale, dès lors que le marché du véhicule neuf se développe dans un pays, les moyens administratifs sont mis en place pour disposer d’un enregistrement et d’une collecte des immatriculations fiables. Ils s’accompagnent de moyen de répression en cas de non-déclaration.

On note toutefois de fortes variations des immatriculations dans le groupe des « autres pays de l’est », telles qu’elles ont été évaluées, pour les années 1993 et 2000. Les explications sont encore à trouver. Il peut s’agir pour une part d’erreurs statistiques (ventilation entre année ou pays par exemple).

Comparabilité

Comme indiquer plus haut : on a été amené à utiliser les ventes, et non les immatriculations pour l’année 1999 et pour certains pays de l’est. Les ventes sont théoriquement plus restrictives que les immatriculations et moins fiables.

Premiers commentaires

La « demande » de véhicules neufs a suivi un cours très différent en Europe de l’ouest et en Europe de l’est avant 1990 : faiblement croissante, avec toutefois une accélération à partir de 1971 dans l’Europe de l’est, fortement croissante, avec deux « crises » majeures en 1974-5 et 1981-2 pour l’Europe de l’ouest. Depuis 1990, la « demande » a baissé pendant plus de huit ans dans l’Europe de l’est (prise dans son ensemble, car les évolutions des PECO ont été sensiblement différentes de celles des autres pays), avant de croître fortement depuis 2003 et d’approcher les 5 millions de VN. À l’ouest, la « demande » a connu un pic en 1990-92, avant de s’effondrer en 1993 à un niveau jamais vu. Elle a repris progressivement ensuite pour atteindre un nouveau pic en 1999-2000. Depuis, elle connaît un palier.

Ce sont les immatriculations dans les pays latins (France, Italie, Espagne et Portugal) qui ont le plus progressé sur la période. Celles des pays germaniques (Allemagne, Autriche, Suisse, Liechtenstein) et du Benelux sont stabilisées depuis 1990. Celles des pays de la Méditerranée orientale (Grèce, Turquie, Chypre et Malte) sont encore au début de leur croissance.

Les immatriculations dans les pays d’Europe centrale ont nettement moins progressé que celles de l’ex-Union soviétique jusqu’en 1981. Elles baissent légèrement ensuite de partout jusqu’en 1990. L’éclatement du bloc soviétique se traduit par une forte augmentation des VN en Europe centrale, une stagnation dans les Balkans et un effondrement partout ailleurs, en particulier en Russie, et cela jusqu’en 1999. Ensuite, les courbes s’inversent : très forte progression dans les pays de l’Europe orientale, reprise dans les Balkans, baisse nette en Europe centrale.

La crise d'octobre 2008 a été à ce point violente qu'elle a fortement affecté les résultats de l'année. Baisse sensible des ventes en Europe latine (particulièrement en Espagne et en Italie), dans les îles britanniques, en Belgique, Suède et en Turquie. Les "primes à la casse", instaurées par les gouvernements des principaux pays producteurs, ont presque arrêté la chute en 2009, voire même ont relancé les ventes comme en Allemagne. Leur arrêt, s'étant fait à des dates différentes en 2010, n'a pas provoqué de rechute marquée, sauf en Allemagne. Il en sera différemment en 2011.

En Russie, la "prime à la casse" a permis une forte relance en 2010, après une division par deux de la demande en 2009.

Mots-clés

Automobile, ventes automobiles, immatriculations, véhicules neufs, Europe

Disciplines concernées

Économie, Gestion, Géographie, Histoire, Science du politique, Sociologie, Statistique

Voir aussi

Freyssenet M., La production automobile mondiale, des quatre continents et des principaux pays constructeurs, 1898-2016. Document d'enquête: quatre tableaux et six graphiques commentés. Édition numérique, freyssenet.com, 2007 et mises à jour, 282 ko. ISSN 7116 0941.

Freyssenet M., Les ventes mondiales d'automobiles neuves et les principaux marchés, 1898-2016. Document d'enquête: trois tableaux et quatre graphiques commentés. Édition numérique, freyssenet.com, 2007 et mises à jour, 290 Ko. ISSN 7116 0941.

Sites des sources

http://www.renault.com
http://www.ccfa.fr
http://www.acea.be
http://smmt.co.uk
http://wardsauto.com

Date de mise en ligne du document

2007.10.14

Dates des mises à jour

2007.10.14, 2009.07.18, 2010.02.13, 2011.01.29, 2013.01.12, 2013.01.29, 2014.04.24, 2015.03.25, 2016.12.23, 2017.07.13

Fichier attachéTaille
* Immatriculations des vehicules neufs en Europe par pays et groupe de pays, 1945-2016.xlsx155.36 Ko