Les ventes d'automobiles neuves dans le monde, par continent et principaux marchés, 1898-2016

Référence

Freyssenet M., Les ventes d'automobiles neuves dans le monde, par continent et principaux marchés, 1898-2016. Document d'enquête: trois tableaux et quatre graphiques commentés. Édition numérique, freyssenet.com, 2007 et mises à jour, 133 Ko. ISSN 7116 0941.

Le fichier est téléchargeable en allant à la fin de cette page.

Recherche à l’origine

L’élaboration de ce tableau s’inscrit dans le travail de réinterprétation de l’histoire de l’industrie automobile à la lumière du schéma d’analyse des modèles productifs, élaboré avec Robert Boyer dans le cadre des programmes internationaux de recherche du GERPISA.

Présentation des tableaux

But

Disposer d’une représentation aussi fiable que possible de l'évolution des grands marchés automobile, depuis l’origine de cette industrie.

Contenu

Le premier tableau donne les ventes totales au niveau mondial, ainsi que la production mondiale. L'écart entre les deux chiffres indique le stockage ou le déstockage momentanée de véhicules produits, dans la limite de fiabilité des chiffres collectés. Un tableau donne une vue générale.

Le deuxième tableau statistique donne tout d’abord le nombre total de véhicules automobiles neufs livrés (véhicules particuliers et véhicules utilitaires) de 1898 à 1927, puis par principaux pays utilisateurs de 1928 à 1985, par continent enfin exhaustivement jusqu'à aujourd'hui. Deux graphiques sont issus de ce tableau. Le premier représente les ventes mondiales en cumulé des ventes par continent, le second les ventes de chaque continent.

Le troisième tableau donne l'évolution des ventes des principaux marchés automobiles que représente le quatrième graphique.

Définitions

Par véhicules automobiles, il faut entendre des véhicules à quatre roues autonomes. Ils comprennent les véhicules particuliers et les véhicules utilitaires. Cette distinction a été introduite dans les statistiques à des dates très différentes selon les pays. Il n’est donc pas possible de reconstituer depuis 1898 des séries mondiales distinguant les deux types de véhicules. Elles ne sont disponibles qu’à partir de 1950 et feront l'objet d'un autre document. Les véhicules particuliers sont les véhicules à usage non-professionnel. Les véhicules utilitaires sont des véhicules à usage professionnel. Ils se répartissent en deux catégories : les véhicules utilitaires légers (- de 5t) et les véhicules industriels (camions, bus, etc.).

Les véhicules neufs font l’objet d’une double comptabilité : dans le pays de production, et dans le pays de livraison. Ils sont déclarés neuf à la livraison, lorsqu’ils sont remis à un premier acquéreur ou à un premier utilisateur, qu’il s’agisse d’une personne ou d’une collectivité quelconque.

Indicateurs

Trois indicateurs sont possibles : de celui qui englobe le plus grand nombre de cas de figure au plus restrictif :
- les véhicules automobiles neufs livrés au premier utilisateur, déclarés soit par le constructeur, soit par l’importateur, soit par les douanes, soit par les services d’immatriculation. Cet indicateur englobe donc aussi les périodes et les pays où l’immatriculation n’existait pas encore.
- les immatriculations des véhicules neufs par le premier acquéreur ou utilisateur. Cet indicateur , qui présuppose une obligation légale, l’instauration d’un service public de la « carte grise » et une centralisation nationale de l’information, englobe aussi bien les ventes que les attributions ou réquisitions pour des personnes, des administrations ou des collectivités, cas que l’on peut observer dans certains pays et à certaines époques.
- les ventes de véhicules neufs déclarés par les constructeurs ou les vendeurs. Cet indicateur implique une transaction commerciale et une déclaration exacte du nombre de ventes par tous les vendeurs ou constructeurs.

C’est l’indicateur de l’immatriculation qui prévaut mondialement depuis les années 80, car il est le plus sûr. Heureusement il a été adopté très tôt par les pays qui étaient les principaux acheteurs ou utilisateurs d’automobiles, dont les immatriculations nous sont connues depuis les années 20.

Sources et modalités d’élaboration du tableau

Ce n’est qu’à partir de 1986 que l’on dispose d’une comptabilité mondiale des immatriculations automobiles, fournie par le CCFA (Comité des Constructeurs Français de l’Automobile). Avant cette année-là, on n’a les immatriculations que pour certaines régions ou pays. Il est toutefois possible de se faire une représentation fiable des livraisons automobiles depuis l’origine.

Pour les années antérieures à 1986, on a tout d’abord considéré que les livraisons mondiales étaient égales à la production mondiale, aux stocks près en fin d’année. L’écart entre les deux est proportionnellement très faible, comme le montre la comparaison des immatriculations et de la production à partir de 1985, à l’exception toutefois des années de crise où l’écart peut être un peu plus important, mais sans que cet écart ne remette en cause la validité d’assimiler les deux grandeurs.

Ensuite, on a regroupé par région du monde les pays fournissant leurs immatriculations. Quant aux pays ne les donnant ou pour lesquels l’information n’a pas encore été trouvée ou est trop lacunaire, on a calculé les livraisons qu’ils ont reçues en faisant la différence entre production mondiale et le total mondial des immatriculations connues. Ces pays sont rassemblés dans le tableau statistique dans une catégorie : « tous les autres pays ».

Jusqu’en 1927, on ne dispose pour l’instant que de la production mondiale. À partir de 1928, on connaît les immatriculations des États-Unis, du Canada, de l’Allemagne, de la France, de la Grande-Bretagne, de l’Italie et de la Suède et cela jusqu’en 1944. La source utilisée est l’édition 1969 du World Motor Vehicle Data, publié par l’AAMA (American Automobile Manufacturers Association). Comme on peut le constater pour toutes ces années, les immatriculations connues représentent entre 80% et 90% des livraisons mondiales. Ces dernières restaient très concentrées dans les pays producteurs.

De 1945 à 1957, les pays à immatriculations connues sont les mêmes, la Suisse en plus. La source est la même aussi, sauf pour les Etats-Unis, pour lesquels on a eu recours à Automotive News (n° spécial du centenaire) et pour la France au CCFA (à travers L’annuaire automobile rétrospectif du GERPISA, Chanaron JJ, GERPISA, 1986).
.
À partir de 1958 et jusqu’en 1985, tous les continents sont représentés, mais seule l’Europe l’est de manière pratiquement exhaustive. Pour les pays de l’Est (Europe centrale et orientale), qui ne commerçaient qu’entre eux, on a estimé que leur livraison correspondait à leur production. En Amérique, s’ajoutent aux États-Unis et au Canada, le Mexique, le Brésil et l’Argentine. En Asie-Océanie, on a pour la première fois le Japon, l’Australie et la Nouvelle Zélande, et en Afrique, on a seulement l’Afrique du sud. Cela ne veut pas dire que l’on ne sache rien sur les autres pays. Mais les séries sont trop lacunaires pour être utilisables. Et comme pour la période précédente, les « autres pays » ne représentent que 10% environ des immatriculations totales. Pour cette période, les pays couverts étant beaucoup plus nombreux, les sources ne peuvent être données ici pour chacun. On les trouvera dans le tableau détaillé qui sera mis en ligne ultérieurement, en « affichant » les « commentaires ».

Depuis 1986, comme on l’a dit plus haut, les immatriculations mondiales ont pu être calculées par le CCFA et ventilées par continent à partir des déclarations des pays.

Nature de l’information

Les immatriculations sont une information de nature administrative.

Périmètre

Le périmètre pour le total des livraisons est le monde entier. Au fil du temps, les pays pour lesquels on dispose des immatriculations deviennent plus nombreux, jusqu’à être tous couverts à partir de 1986.

Qualité de l’information

Dans le cas des livraisons automobiles, il n’y a pas de risque de double compte entre pays, comme dans le cas de la production. L’immatriculation du véhicule neuf est un acte administratif, qui ne soufre théoriquement pas d’ambiguïté. Il va de soi que la qualité de la collecte de l’information n’est pas parfaite dans tous les pays, en particulier dans les pays « jeunes » où l’État est en construction. Dans ce cas-là, les organismes statistiques internationaux font des comparaisons avec d’autres sources et parviennent à des évaluations satisfaisantes. Mais d’une manière générale, dès lors que le marché du véhicule neuf se développe dans un pays, les moyens administratifs sont mis en place pour disposer d’un enregistrement et d’une collecte des immatriculations fiables. Ils s’accompagnement de moyen de répression en cas de non-déclaration.

Comparabilité

Avant 1986, n’ont été retenus que les pays pour lesquels on dispose de séries d’immatriculations sans lacune, à l’exception des années de guerre pour certains pays.

Commentaires

L’Asie depuis 2001, Une croissance des ventes sans équivalent historique

L’histoire du marché automobile mondial se divise en deux parties nettement distinctes depuis son origine: avant 1950, période durant laquelle il ne concerne, pour l’essentiel, que quelques pays constructeurs et ne dépasse pas les cinq millions de véhicules livrés par an ; après 1950, où il augmente nettement plus rapidement, parvenant à 68 millions en 2006. L’Europe a d’abord pris le relais de l’Amérique du Nord, puis a été à son tour relayée par le continent Asie-Océanie. L’Amérique latine est encore très loin des précédentes régions du monde, et l’Afrique ne semble figurer, pour l’instant, que pour mémoire.

Le marché américain est marqué par de fortes et fréquentes baisses, suivies par des rebonds spectaculaires et cela depuis l’origine. Le marché européen a progressé beaucoup plus régulièrement, les crises étant nettement moins marquées. La forte chute des années 93-95 est due en bonne part à l’effondrement de l’industrie automobile dans les pays de l’est. Le marché asiatique a progressé lui aussi régulièrement, à l’exception de la baisse brutale au moment de la « crise asiatique » de 1997-8 et de la non moins brutale accélération depuis 2001. Il faut souligner ici qu’il n’y a pas de précédent historique à une progression aussi forte de la demande dans un continent : une progression des immatriculations annuelles de véhicules neufs de plus de 7 millions en cinq ans ! même les États-Unis de l’immédiate après guerre, même l’Europe des années 60 n’avaient connu un tel boom.

Le marché automobile asiatique a dépassé en 2008 les marché des continents américain et européen

En volume, le marché européen dépasse occasionnellement le marché des deux Amériques depuis les années 70, ce dernier restant toutefois supérieur de 2 millions de véhicules environ entre 2002 et 2007. L'effondrement du marché nord-américain en 2008 permet au marché européen de lui être supérieur, étant un peu moins affecté par la crise.

Mais le fait majeur en ce début de siècle est le rattrapage du marché asiatique qui a continué de progresser malgré la crise. Il est le premier marché mondial depuis 2008. Il est très peu probable maintenant que les autres marchés le rattrapent.

Le marché chinois est parvenu en 10 ans au niveau atteint par le marché des États-Unis en 80 ans ! En 2010, les marchés indien, brésilien et russe étaient encore au niveau des principaux marchés ouest-européens, soit entre 2 et 3 millions de véhicules.

Mots-clés

Automobile, Livraisons, immatriculations, ventes, monde, continent, statistiques automobiles

Disciplines concernées

Économie, Gestion, Géographie, Histoire, Science de l’ingénieur, Science du politique, Sociologie, Statistique

Analyse des résultats

Pertinence actuelle

Ne trouvant nulle part un tableau et des graphiques donnant l'évolution de la demande automobile depuis son origine par grandes régions du monde, nous avons entrepris de les élaborer.

Voir aussi

Freyssenet M., La production automobile mondiale, des quatre continents et des principaux pays constructeurs, 1898-2014. Document d'enquête: quatre tableaux et six graphiques commentés. Édition numérique, freyssenet.com, 2007 et mises à jour, 282 ko. ISSN 7116 0941.

Freyssenet M., Les ventes de véhicules automobiles neufs en Europe, par groupe de pays, 1945-2015. Document d’enquête : cinq tableaux, neuf graphiques, commentaire. Édition numérique, freyssenet.com, 2007 et mises à jour, 300 Ko. ISSN 7116 0941.

Sites des sources

http://oica.net
http://www.ccfa.fr
http://www.acea.be
http://smmt.co.uk
http://wardsauto.com
http://renault.com

Date de mise en ligne du document

2007.10.01

Dates des mises à jour

2008.10.10
2009.08.24
2010.11.19
2011.01.28
2012.03.30
2013.01.25
2014.04.24
2015.03.22
2016.03.05
2017.03.16

Fichier attachéTaille
Immatriculations de vehicules automobiles neufs (VP et VU) dans le monde, par continent et principaux marchés, 1898-2016.xlsx131.99 Ko