Convergence mondiale ou diversité renouvelée des modèles productifs?

Images 2

Référence du texte

Freyssenet M., Convergence mondiale ou diversité renouvelée des modèles productifs?, Sociologies pratiques, n°5, décembre 2001, pp 149-169. Édition numérique, freyssenet.com, 2007, 250 Ko, ISSN 1776-0941.

Ce texte peut être lu et/ou téléchargé. On trouvera le fichier en allant à la fin de cette page. Cliquer une fois pour lire, deux fois pour télécharger. La page de présentation est également « imprimable ».

Résumé

L'idée selon laquelle les entreprises auraient connu successivement depuis le début du siècle et dans les pays industrialisés trois grands modèles productifs, la production quasiment artisanale, la production de masse taylorienne-fordienne et la production diversifiée "au plus juste", prévaut encore dans de nombreux esprits, ouvrages et manuels. Les thèses de la diversité des modèles productifs, ou tout moins de la variation d'un même paradigme productif, selon les cultures ou les pays ont tenté d'ébranler cette représentation linéaire et commode de l'histoire industrielle.

Mais l'analyse des trajectoires des firmes automobiles sur un siècle qui a été faite invalide et la thèse universaliste et les thèses culturalistes et institutionnalistes en ce qui concerne les modèles productifs. La diversité est bien au cœur du rapport capital-travail et de l'évolution des entreprises, mais elle a d'autres origines que la culture ou les institutions d'un pays. Elle n'est pas non plus la singularisation de chaque entreprise dans sa façon d'être profitable, ruinant l'idée même de modèle, mais une diversité limitée et périodiquement transformée.

Cette diversité limitée et périodiquement transformée des modèles productifs peut être comprise d'abord par la diversité des "modes de croissance" des pays ou des espaces régionaux dans lesquels les firmes déploient leurs activités, ensuite par la diversité des "stratégies de profit" possibles dans le cadre de chaque mode de croissance, enfin par la diversité des "compromis de gouvernement d'entreprise" pouvant être construits entre les principaux protagonistes pour mettre en œuvre la stratégie de profit retenue.

Les moyens (politique produit, organisation productive, relation salariale) sur lesquels les protagonistes de l'entreprise se mettent d'accord pour répondre aux exigences de la stratégie de profit choisi, ne sont pas étrangers aux institutions nationales et aux modes de vie locaux. Ceux-ci suggèrent, voire offrent des moyens pertinents, et cela d'autant plus que ces moyens sont déjà le fruit de compromis, plus ou moins anciens, entre groupes sociaux.

Outre que l'adoption des moyens suggérés par le contexte ne constitue pas une obligation et qu'en tout état de cause une sélection est effectuée en fonction des exigences à remplir, d'autres moyens doivent être impérativement copiés ou inventés. Parce que les modes de croissance nationaux conditionnent le marché et le travail et qu'ils peuvent être communs à plusieurs pays, soit en même temps, soit à des époques différentes, les modèles productifs peuvent voyager dans l'espace que ces pays constituent (Boyer et al., 1998).

Plan

1. Ni modèle universel, ni modèles nationaux
1.1. Le modèle dit taylorien-fordien est la confusion d'au moins trois modèles productifs historiquement différents et conceptuellement incompatibles
1.2. Le modèle dit japonais n'est ni universalisable, ni national : il n'a tout simplement jamais existé

2. Le processus d'engendrement, de renouvellement et de limitation de la diversité des modèles productifs
2.1. Il est plusieurs façons de faire du profit
2.2. La permissivité limitée et différente des modes de croissance nationaux quant au choix d'une stratégie de profit par les entreprises
2.3. Des moyens cohérents et acceptables

Conclusion

Mots-clés

Automobile, industrie automobile, modes de croissance nationaux, stratégie de profit, histoire des entreprises, théorie de la firme, modèles productifs, relation salariale, organisation productive, politique-produit, compromis de gouvernement d’entreprise, modèle taylorien, modèle fordien, modèle sloanien, modèle toyotien, modèle hondien Toyotisme, Japon, Henry Ford, Alfred Sloan, General Motors, Ford Motor Company, F.W. Taylor, lean production, commonalisation, économies d’échelle, effets de variété, flux tendu, luttes sociales, division du travail

Disciplines concernées

Anthropologie, Démographie, Économie, Ergonomie, Géographie, Gestion, Histoire, Histoire des Sciences et des Techniques, Sciences cognitives, Science de l’ingénieur, Science du politique, Sociologie

Contexte d’écriture

Contribution
à l’évolution du questionnement personnel
à la production scientifique du réseau ou du laboratoire d’appartenance
au débat scientifique national et international
à la diffusion des résultats de la recherche
à la valorisation des résultats de la recherche

Références, commentaires, notes critiques

Pertinence actuelle

Voir aussi

Sites possibles d’achat ou de commande en ligne de la publication papier

www.puf.com

Date de la mise en ligne de l’article

2007.09.02

Dates des mises à jour

Fichier attachéTaille
Convergence mondiale ou diversite renouvelee des modeles productifs.pdf246.69 Ko