Renault, une mondialisation, pour quoi faire ?

Images

Référence du texte

Freyssenet M., Renault, une mondialisation, pour quoi faire ?, version française originale de Freyssenet M., “Renault: Globalization, But For What Purpose?”, in Freyssenet M., Shimizu K., Volpato G. (eds), Globalization or Regionalization of European Car Industry?, London, New York, Palgrave-Macmillan, 2003, pp 103-131. Édition numérique, freyssenet.com, 2007, 360 Ko, ISSN 7116-0941.

Ce texte est téléchargeable en allant à la fin de cette page. L'annexe statistique est sur un fichier séparé.

Résumé

Fin des années quatre-vingt dix, Renault a décidé de devenir une firme mondiale, en prenant successivement la direction de Nissan, de Dacia et de Samsung et en s’implantant lui-même dans de nouveaux pays: le Brésil et la Russie.

Ce n’est pas la première fois que Renault tente de sortir du périmètre de l’Europe occidentale. Depuis la deuxième guerre mondiale, c’est même la quatrième fois. Les tentatives précédentes furent soit des échecs, soit des opérations qui furent loin d’apporter les résultats escomptés. Elles furent dans certains cas à l’origine de graves difficultés pour la firme. Peut-on tirer de ces épisodes antérieurs des enseignements utiles pour comprendre et évaluer les choix récents d’internationalisation ? Renault devait-il nécessairement se mondialiser pour demeurer durablement rentable et indépendant ? Quelles sont les difficultés que l’alliance Renault-Nissan a à surmonter pour avoir des chances de réussir?

L’article tente de répondre à ces questions en analysant la trajectoire heurtée d’internationalisation de Renault au regard des conditions fondamentales de profitabilité des firmes automobiles, telles qu'elles ont été dégagées du programme de recherche du GERPISA, 1993-1996, “Émergence de nouveaux modèles industriels” (Freyssenet, 1998 a ; Boyer, Freyssenet, 2000 a, 2000 b). Ces conditions sont au nombre de deux : la pertinence de la “stratégie de profit” suivie par la firme dans les pays où elle déploie ses activités, compte tenu de leur “mode de croissance”, la mise en cohérence des moyens employés (politique-produit, organisation productive et relation salariale) pour développer cette stratégie de profit par la construction d’un “compromis de gouvernement d’entreprise” acceptable durablement par les parties concernées.

Plan

1. Priorité au marché intérieur, après une courte phase d’exportation : 1945-1954
2. L’exportation indispensable à la nouvelle stratégie de profit, “volume et diversité”, adoptée par Renault : 1956-1960
3. Succès de la stratégie “volume et diversité” de Renault dans les pays où elle était viable, 1961-1974
4. La stratégie de “volume et diversité” en difficulté et la nécessité de prendre des parts de marché dans les pays industrialisés : 1974-1984
5. Le deuxième retour en l’Europe et l’adoption d’une stratégie de profit fondée sur la “qualité” : 1985-1992
6. Le glissement opportun vers une stratégie d’ “innovation et flexibilité” et l’enracinement en Europe : 1992-1998
7. La crise “asiatique” et la tentative de mondialisation : 1998 - ?
Conclusion: Renault-Nissan, quelle stratégie de profit?

Mots-clés

Automobile, industrie automobile, fusion, acquisitions, alliances, séparations d’entreprises, croissance interne, croissance externe, mondialisation, régionalisation, internationalisation, modes de croissance nationaux, stratégie de profit, histoire des entreprises, théorie de la firme, modèles productifs, relation salariale, organisation productive, politique-produit, compromis de gouvernement d’entreprise, Renault, Nissan, Volvo, AMC.

Disciplines concernées

Économie, Géographie, Gestion, Histoire, Science du politique, Sociologie.

Contexte d’écriture

Contribution
à l’évolution du questionnement personnel
à la production scientifique du réseau ou du laboratoire d’appartenance
au débat scientifique national et international
à la diffusion des résultats de la recherche
à la valorisation des résultats de la recherche

Références, commentaires, notes critiques

Pertinence actuelle

Voir aussi

✔ Freyssenet M., Shimizu K., Volpato G. (eds), Globalization or Regionalization of American and Asian Car Industry?, London, New York, Palgrave-Macmillan, 2003, 243 p.

✔ Freyssenet M., Shimizu K., Volpato G. (eds), Globalization or Regionalization of European Car Industry?, London, New York, Palgrave-Macmillan, 2003, 275 p.

✔ Boyer R., Freyssenet M., Glossaire des notions élaborées pour analyser les trajectoires des firmes et identifier les modèles productifs, GERPISA, Paris, 1999, 19 p. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 288 Ko.

Sites possibles d’achat ou de commande en ligne de la publication papier

http://www.palgrave.com
http://www3.fnac.com
http://www.livres-chapitre.com
http://www.amazon.fr

Date de la dernière mise à jour de la fiche de présentation

2007.04.03

Date de la mise en ligne du texte

2007.01.03, Freyssenet M., “Renault, une mondialisation, pour quoi faire ?”, version française originale de Freyssenet M., “Renault: Globalization, But For What Purpose?”, in Freyssenet M., Shimizu K., Volpato G. (eds), Globalization or Regionalization of European Car Industry?, London, New York, Palgrave-Macmillan, 2003, pp 103-131. Édition numérique, freyssenet.com, 2007, 360 Ko, ISSN 7116-0941.

Fichier attachéTaille
Renault, une mondialisation pour quoi faire.pdf412.73 Ko
Renault 1945-2000, annexe statistique.pdf130.75 Ko