General Motors et Chrysler surpassent Ford… en inventant de nouvelles stratégies de profit et de nouveaux systèmes de produc

Références du texte

Boyer R., Freyssenet M.,« General Motors et Chrysler surpassent Ford… en inventant de nouvelles stratégies de profit et de nouveaux systèmes de production, 1920-1939 », GERPISA, 1999, 31 p. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 500 Ko.

Ce texte est téléchargeable en allant à la fin de cette page.

Il fait partie d'un ensemble de textes préparatoires à la rédaction d'un ouvrage en projet: "Le Monde qui a changé la machine. Un essai d'interprétation de l'histoire mondiale des firmes automobiles".

Résumé

Ford est surpassé en termes de profit d’abord, de volume ensuite, par General Motors dans les années vingt, par Chrysler dans les années trente, le faisant rétrograder à la troisième place. Ce n’est pas le manque de cohérence qui est à l’origine des difficultés du système Ford, mais la pertinence temporellement limitée de sa stratégie de « volume ». Le mode de croissance des États-Unis, fondé sur la consommation interne et une distribution « concurrentielle » du revenu national, ne pouvait soutenir durablement la stratégie de Ford. General Motors et Chrysler ont exploré d’autres voies. Le premier inventera une nouvelle stratégie de profit : la stratégie de « volume et diversité » en parvenant à combiner ces deux sources de profit considérées jusqu’alors comme incompatibles. Le second développera une stratégie qui n’était pas inconnue, mais qui n’avait jamais été appliquée à de grandes séries, la stratégie « innovation et flexibilité ».

L’apport des États-Unis de l’entre-deux-guerres à l’industrie automobile mondiale n’a pas été limité à la stratégie de « volume » et au système Ford. Les systèmes General Motors et Chrysler, loin d’être de simples développements-adaptations du « fordisme », ont été des moyens pour mettre en œuvre des stratégies de profit originales : « volume et diversité » pour General Motors et « innovation et flexibilité » pour Chrysler.

En revanche, à la veille de la seconde guerre mondiale, les trois stratégies et les trois systèmes n’avaient pas encore trouvé les conditions macro-économiques et sociétales qui pouvaient les transformer en modèles productifs et en assurer la pérennité. Les systèmes Ford et General Motors deviendront des modèles après la seconde guerre mondiale et dans certains pays seulement, grâce à la mise en place de modes de distribution des revenus nationalement coordonnés et modérément hiérarchisés. En revanche, ces modes seront peu favorables à la stratégie « innovation et flexibilité » en général et à Chrysler en particulier qui ne parviendra pas à construire un modèle productif et rétrogradera à la troisième place.

Plan

1. L’invention de la stratégie de profit « volume et diversité » par General Motors
1.1. Genèse du système General Motors: pas de grands desseins, mais des réponses pragmatiques à des problèmes de rentabilité, mises ensuite en cohérence
1.2. Du principe commercial “un modèle de voiture pour chaque bourse et chaque usage” au principe de la “mise en commun”. L’émergence douloureuse de la stratégie “volume et diversité”
1.3. L’innovation de “surface”, et l’adoption rapide des innovations majeures faites par les autres, si le marché en a montré la validité commerciale
1.4. Direction stratégique et directions opérationnelles
1.5. Une intégration conglomérale limitée aux activités majoritairement tournées vers la construction automobile
1.6. Une organisation productive cohérente avec le principe de mise en commun des plates-formes et de différenciation des modèles
1.7. Ce qui a manqué au système General Motors pour devenir un modèle productif durant l’entre-deux-guerres: un mode de distribution institutionnalisé du revenu national et un compromis de gouvernement de l’entreprise

2. La stratégie de profit « volume et diversité » et ses conditions de possibilité

3. La stratégie de profit « innovation et flexibilité » permet à Chrysler de devenir le troisième constructeur
3.1. Une stratégie pour se faire une place à côté des deux Grands
3.2. La stratégie de profit “innovation et flexibilité” et sa possibilité selon les « modes de croissance nationaux »

Conclusion: Des stratégies nouvelles de profit et des systèmes de production originaux en quête des conditions macro-économiques et sociétales pour devenir des modèles productifs

Mots-clés

Automobile, fusion, acquisitions, séparations d’entreprises, croissance interne, croissance externe, internationalisation, stratégie de profit, histoire des entreprises, théorie de la firme, modèles productifs, relation salariale, organisation productive, politique-produit, compromis de gouvernement d’entreprise, Fordisme, modèle fordien, Taylorisme, modèle taylorien, modèle sloanien, Sloan, Walter Chrysler, Henry Ford, Alfred Sloan, General Motors, Ford Motor Company, F.W. Taylor, production de masse, commonalisation, économies d’échelle, effets de variété, innovation, flexibilité, polyvalence.

Disciplines concernées

Économie, Géographie, Gestion, Histoire, Histoire des Sciences et des Techniques, Science de l’ingénieur, Science du politique, Sociologie.

Contexte d’écriture

Contribution
à l’évolution du questionnement personnel
à la production scientifique du réseau ou du laboratoire d’appartenance
au débat scientifique national et international
à la diffusion des résultats de la recherche
à la valorisation des résultats de la recherche

Références, commentaires, notes critiques

Pertinence actuelle

Voir aussi

les autres textes préparatoires au livre en projet "Le monde qui a changé la machine. Essai d'interprétation d'un siècle d'histoire automobile".

Boyer R., Freyssenet M., « La ‘production au plus juste’ dans une monde de libre-échange, serait-elle l’avenir ? », GERPISA, Paris, 1999, 20p. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 500 Ko.

Boyer R., Freyssenet M., « Le système de production Ford et sa crise précoce, 1908-1939. Un essai d’interprétation et les possibles enseignements », GERPISA, Paris, 1999, 34 p. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 650 Ko.

Boyer R., Freyssenet M., « Les modèles productifs que le système de production de Ford n’a pas fait disparaître… ou l’introuvable production artisanale, 1895-1939 », GERPISA, 1999, 35 p. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 536 Ko.

Boyer R., Freyssenet M., « La diversité des modes de croissance nationaux de l’après-guerre et les stratégies de profit poursuivies par les constructeurs automobiles, 1945-1974 », GERPISA, 1999, 42 p. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 550 Ko.

Boyer R., Freyssenet M.« Le modèle sloanien a-t-il été le one best way des Trente Glorieuses », GERPISA, Paris, 1999, 52 p. Édition numérique : freyssenet.com, 2006, 660 Ko.

Boyer R., Freyssenet M., « La crise du modèle sloanien aux Etats-Unis et l’affirmation de deux nouveaux modèles au Japon, 1967-1973 » , GERPISA, Paris, 1999, 40 p. Édition numérique : freyssenet.com, 2006, 760 Ko.

Boyer R., Freyssenet M., « Non pas un…, mais trois modèles productifs, 1974-1985 », GERPISA, Paris, 40 p. Édition numérique : freyssenet.com, 2006, 608 Ko.

Boyer R., Freyssenet M., « Rien n’est définitif. Tout modèle productif a des limites, 1986-1992 », GERPISA, Paris, 1999, 32 p. Édition numérique : freyssenet.com, 2006, 600 Ko.

Boyer R., Freyssenet M., « Le tournant des années 90. Feu l’irrésistible japonisation des firmes. L’offensive libérale », GERPISA, Paris, 1999, 54 p. Édition numérique : freyssenet.com, 2006, 1,5 Mo.

Boyer R., Freyssenet M., « Les théories ne s’usent que si l’on s’en sert… Un peu de prospective», GERPISA, Paris, 1999, 44 p. Édition numérique : freyssenet.com, 2006, 3,2 Mo.

Boyer R., Freyssenet M., « Dix enseignements d’un siècle d’histoire automobile, à propos des modèles productifs », GERPISA, Paris, 1999, 21 p. Édition numérique : freyssenet.com, 2006, 272 ko.

Boyer R., Freyssenet M., Glossaire des notions élaborées pour analyser les trajectoires des firmes et identifier les modèles produc-tifs, GERPISA, Paris, 1999, 19 p. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 288 Ko.

Boyer R., Freyssenet M., «Les stratégies de profit et les performances des firmes automobiles, 1965-1994. Une analyse statistique », GERPISA, Paris, 60 p. Édition numérique : freyssenet.com, 2006, 5,4 Mo.

Sites possibles d’achat ou de commande en ligne de la publication papier

Date de la dernière mise à jour de la fiche de présentation

2006.07.19

Date de la mise en ligne de l’article

2006.05.19, Boyer R., Freyssenet M., « General Motors et Chrysler surpassent Ford… en inventant de nouvelles stratégies de profit et de nouveaux systèmes de production, 1920-1939 », GERPISA, 1999, 31 p. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 500 Ko.

Fichier attachéTaille
General Motors et Chrysler surpassent Ford... en inventant de nouvelles strategies de profit et de nouveaux systemes de production, 1920 1939.pdf524.45 Ko