L’avenir est à nouveau ouvert. Stratégies de profit, formes d’internationalisation et nouveaux espaces de l’industrie au

Images 2

Références des différentes versions du texte

✔ Boyer R. Freyssenet M., “L’avenir est à nouveau ouvert. Stratégies de profit, formes d’internationalisation et nouveaux espaces de l’industrie automobile”, in Freyssenet, M., Lung, Y., (dir.), Actes de la Sixième Rencontre Internationale du GERPISA, “Les nouveaux espaces de l’industrie automobile mondiale”, 4-6 juin, 1998, Paris, Palais du Luxembourg, pp 609-632. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 230 Ko.

✔ Boyer R. Freyssenet M., "The Future Once Again is Open. Profit Strategies, Internationalisation Forms and New Spaces of Automobile Industry”, in Freyssenet, M., Lung, Y., (dir.), Proceedings of Sixth International Colloquium of GERPISA, “The New Spaces in the World Automobile Industry”, 4-6 june, 1998, Paris, Palais du Luxembourg, pp 609-632. Translation in english. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 200 Ko.

✔ Boyer R., Freyssenet M., “L’avenir est à nouveau ouvert. Stratégies de profit, formes d’internationalisation et nouveaux espaces de l’industrie automobile”, Gérer et Comprendre, Annales des Mines, 1999, juin, pp. 21-30. Deuxième publication, en français du premier texte. Éditions numériques, www.annales.org/gc; freyssenet.com, 2006, 407 Ko.

✔ Boyer R., Freyssenet M., “Automakers in the Second Century of the Automobile: The Roads Ahead”. Paris, in Actes du Congrès Mondial Automobile de la FISITA, Paris, 1998, Cederom. Deuxième publication en anglais. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 200 Ko.

✔ Boyer R., Freyssenet M., Different Paths for Automakers at the Turn of Century, IMVP Sponsors Meeting, Cambridge (USA), 1999 October 5-7. Troisième publication en anglais. Éditions numériques, imvp.mit.edu, 1999; freyssenet.com, 2006, 200 Ko.

✔ Boyer R., Freyssenet M., “Rewriting the Future. Profit Strategies, Forms of Internationalisation and New Spaces in the Automobile Industry”, in Eckardt, A., Köhler, H-D., Pries, L. (Hg.), Global Players in Lokalen Bindungen. Unternehmensglobalisierung in soziologischer Perspektive, Édition Sigma, Berlin, 1999, pp 81-97. Quatrième publication en anglais par un éditeur allemand, dans une version plus longue et une nouvelle traduction, et sous un titre modifié.

✔ Boyer R., Freyssenet M., « Riscrivere il futuro. Strategie di profitto, forme di internazionalizzazione e nuovi spazi nell’industria automobobilistica », in Lodigiani, R., Martinelli, M., Dentro e oltre i post-fordismi. Impresa e lavoro in mutamento tra analysi teorica e ricerca empirica, Vita e Pensiero, Milan, 2002, pp155-175. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 250 Ko. Traduction en italien par un éditeur italien de la version anglaise publiée par un éditeur allemand.

Les différentes versions sont téléchargeables en allant à la fin de cette page. Elles diffèrent, en dehors de leurs titres, sur des points de détails, sauf les deux dernières versions qui sont plus longues et mieux traduites.

Ce texte a d’abord été une communication écrite en français et anglais à la Sixième Rencontre internationale du GERPISA « Les nouveaux espaces de l’industrie automobile mondiale » en juin 1998, publiée dans les Actes de cette Rencontre, dans ses deux versions. La version anglaise est plus courte que la version française. Le texte a été présenté une deuxième fois sous un titre différent « Automakers in the second century of the automobile. The Roads Ahead », au Congrès Automobile Mondial de la FISITA, le 28 septembre 1998 à Paris (Palais des Congrès). Il a été publié dans les Actes de ce Congrès diffusés en cederom. Il a été remis en discussion une troisième fois à la 111ème journée de travail du GERPISA-France, le 9 octobre 1998. Il a été soumis une quatrième fois, en anglais sous un troisième titre et avec un contenu plus développé, au Workshop “Organisationssoziologische Aspekte der Globalisierung deutscher Unternehmen”, qui a eu lieu les 15-16 octobre 1998 à Nüremberg, à l’initiative du département de sociologie de l’Université d’Erlangen-Nürnberg. Il a été publié en 1999 en anglais dans un ouvrage collectif issu de ce Workshop, par les Éditions Sigma de Berlin. C’est cette version anglaise qui a été traduite en italien pour un « survey » intitulé « Dentro e oltre i post-fordismi. Impresa e lavoro in mutamento tra analysi teorica e ricerca empirica », publié en 2002. par les Éditions Vita e Pensiero de Milan. Il avait entre temps été présenté et discuté une cinquième fois au Sponsors Meeting d’IMVP (MIT), qui a eu lieu à Cambridge (Mass. USA), en octobre 1999.

Résumé

La production « au plus juste » et la globalisation sont-elles les conditions nécessaires de la réussite pour les firmes de l’industrie automobile à l'avenir, comme l’affirment de nombreux commentateurs et experts, ou bien peut-on discerner plusieurs voies possibles ? Pour répondre à cette question, il convient de faire un retour sur l’histoire des firmes automobiles depuis le début des années soixante-dix.

Contrairement à ce qu’ont affirmé les auteurs du livre La machine qui a changé le monde , la production au plus juste n’a pas été le seul système de production performant. À vrai dire, ce modèle industriel ne correspond à aucun modèle existant puisqu’il résulte, en fait, de l’amalgame de deux modèles industriels, le modèle « toyotien » et le modèle « hondien », qui, bien qu’observables au Japon, sont complètement différents, tant conceptuellement que pratiquement (Shimizu, 1998, Mair, 1998, Boyer, Freyssenet, à paraître). Pas plus qu’il n’y a eu dans le passé un modèle unique (la production artisanale au début du siècle, la production de masse ensuite), il n’y a eu dans la période récente un one best way.

Il en a été ainsi pour deux raisons. Non seulement les constructeurs automobiles ont dû trouver des solutions originales pour faire face à des incertitudes, du marché et du travail, différentes dans les espaces qui étaient les leurs, mais en plus ils ont poursuivi, lorsqu’ils étaient sur les mêmes espaces, des stratégies et ils ont utilisé des moyens différents, pour éviter de se concurrencer frontalement. La pluralité des modèles industriels n’est pas seulement une réalité engendrée par la diversité des contextes économiques et sociaux, elle est aussi une nécessité lorsque des firmes évoluent dans le même contexte. Telles sont les conclusions générales qui résultent du premier programme international de recherche du GERPISA « Émergence de nouveaux modèles industriels dans l’industrie automobile », mené de 1993 à 1996
(1).
Les trois modèles industriels que nous avons identifiés pour la période 1974-1992 (Boyer, Freyssenet, à paraître) ne préfigurent pas pour autant les modèles que doivent adopter les autres firmes qui ne l’avaient pas fait jusqu’à présent. Ces trois modèles ont en effet rencontré dans la première moitié des années quatre-vingt-dix des difficultés importantes, qui ont amené les firmes qui les incarnaient à les faire évoluer, voire à en changer. Serions-nous dès lors privés de repères pour l’avenir ?
Au contraire, l’analyse comparative de l’histoire et de la géographie des firmes, telle que nous l’avons menée (Freyssenet, Mair, Shimizu, Volpato, 1998 ; Boyer, Charron, Jurgens, Tolliday, 1998 ; Durand, Castillo, Stewart, 1998 ; Lung, Chanaron, Fujimoto, Raff, 1999), nous permet de comprendre quelles sont les conditionsexternes et internes de possibilité des stratégies de profit que mettent en oeuvre les différents modèles industriels. Dès lors, on peut évaluer la pertinence à venir de ces stratégies de profit, compte tenu des tendances actuelles de recomposition de l’espace économique et politique mondial et de transformation des modes de croissance et de redistribution du revenu des différents espaces nationaux.

Plusieurs scénarios géopolitiques s’affrontent, en effet, aujourd’hui. On pourrait assister à une libéralisation généralisée des échanges et à une homogénéisation des formes de concurrence et des conditions d’emploi de la main-d’oeuvre, ou bien à la constitution de pôles régionaux ayant leur mode propre de croissance et de redistribution du revenu, ou bien encore à l’affirmation de nouveaux pays, aussi vastes et peuplés que les ensembles régionaux qui essaient de se constituer. Les marchés automobiles et les types de main- d’oeuvre qui résulteront de ces trois scénarios seront très différents (Freyssenet, Lung, 1996). Le plus probable est que prévaudra, en fait, une combinaison de ces trois scénarios, au moins dans la décennie prochaine. L’incertitude porte plutôt sur leurs proportions respectives. On peut donc d’ores et déjà renoncer à la vision naïve d’un début du XXIe siècle caractérisé par des firmes globalisées produisant au plus juste dans un monde de libre-échange généralisé, emporté par la croissance. Même si l’on considère cet avenir comme inévitable - ou souhaitable – à terme, il est dangereux de trop l’anticiper. Il est en outre possible de montrer qu’il n’est pas inévitable et qu’il n’est pas nécessairement souhaitable.

Le présent article développe en trois sections les propos précédents. La première section caractérise les trois modèles industriels des années soixante-dix et quatre-vingt et les raisons de leurs performances. La deuxième expose le tournant que constituent les années quatre-vingt-dix. La troisième évalue les voies possibles dans le cadre des recompositions en cours de l’espace mondial et des transformations des modes de croissance et de redistribution des revenus.

Plan

1. Il n’y a pas eu de one best way
2. Le tournant des années quatre-vingt-dix
3. Quelles formes d’internationalisation pour quelles stratégies de profit ?

Mots-clés

Automobile, fusion, acquisitions, alliances, lean production, libéralisation des échanges, mondialisation, régionalisation, internationalisation, financiarisation, modes de croissance nationaux, formes de distribution des revenus, scenarios prospectifs, stratégie de profit, histoire des entreprises, théorie de la firme, modèles productifs, Fordisme, modèle fordien, Taylorisme, modèle taylorien, modèle sloanien, Toyotisme, Japon.

Disciplines concernées

Économie, Géographie, Gestion, Histoire, Sociologie.

Contexte d’écriture

Contribution
à l’évolution du questionnement personnel
à la production scientifique du réseau ou du laboratoire d’appartenance
au débat scientifique national et international
à la diffusion des résultats de la recherche
à la valorisation des résultats de la recherche

Références, commentaires, notes critiques

Pertinence actuelle

Voir aussi

Site possible d’achat ou de commande en ligne de la publication papier

http://www.gerpisa.univ-evry.fr/
http://www.edition-sigma.de
http://www.annales.org/gc
http://imvp.mit.edu
http://www.vitaepensiero.it
http://www.fisita.com

Date de la dernière mise à jour de la fiche de présentation

2006.06.06

Date de la mise en ligne de l’article

2006.06.05, , Boyer R. Freyssenet M., “L’avenir est à nouveau ouvert. Stratégies de profit, formes d’internationalisation et nouveaux espaces de l’industrie automobile”, in Freyssenet, M., Lung, Y., (dir.), Actes de la Sixième Rencontre Internationale du GERPISA, “Les nouveaux espaces de l’industrie automobile mondiale”, 4-6 juin, 1998, Paris, Palais du Luxembourg, pp 609-632.

2006.06.03, Boyer R. Freyssenet M., "The Future Once Again is Open. Profit Strategies, Internationalisation Forms and New Spaces of Automobile Industry”, in Freyssenet, M., Lung, Y., (dir.), Proceedings of Sixth International Colloquium of GERPISA, “The New Spaces in the World Automobile Industry”, 4-6 june, 1998, Paris, Palais du Luxembourg, pp 609-632.

2006.06.03, Boyer R., Freyssenet M., ]“L’avenir est à nouveau ouvert. Stratégies de profit, formes d’internationalisation et nouveaux espaces de l’industrie automobile", Gérer et Comprendre, Annales des Mines, 1999, juin, pp. 21-30.

2006.06.04, Boyer R., Freyssenet M., “Automakers in the Second Century of the Automobile: The Roads Ahead”, Paris, in Actes du Congrès Mondial Automobile de la FISITA, Paris, 1998, Cederom.

2006.06.07, Boyer R., Freyssenet M., “Rewriting the Future. Profit Strategies, Forms of Internationalisation and New Spaces in the Automobile Industry”, in Eckardt, A., Köhler, H-D., Pries, L. (Hg.), Global Players in Lokalen Bindungen. Unternehmensglobalisierung in soziologischer Perspektive, Édition Sigma, Berlin, 1999, pp 81-97.

2006.06.03, Boyer R., Freyssenet M., « Riscrivere il futuro. Strategie di profitto, forme di internazionalizzazione e nuovi spazi nell’industria automobobilistica », in Lodigiani, R., Martinelli, M., Dentro e oltre i post-fordismi. Impresa e lavoro in mutamento tra analysi teorica e ricerca empirica, Vita e Pensiero, Milan, 2002, pp155-175.

Fichier attachéTaille
Riscrivere il futuro. Strategie di profitto, forme di internazionalizzazionz e nuovi spazi nell industria automobilistica.pdf261.47 Ko
Automakers in the Second Century of the Automobile- The Roads Ahead.pdf222.7 Ko
6th IC. The Future once again is open. Profit Strategies, Internationalization Forms and New Spaces of Automobile Industry.pdf202.02 Ko
Rewriting the future. Profit strategies, Forms of Internationalisation and New Spaces of the Automobile Industry.pdf233.64 Ko
Different paths for carmakers at the turn of century..pdf203.29 Ko
L avenir est a nouveau ouvert. Strategie de profit, formes d internationalisation et nouveaux espaces de l industrie automobile GC.pdf407.31 Ko
6 RI. L avenir est a nouveau ouvert. Strategies de profit, formes d internationalisation et nouveaux espaces de l industrie automobile.pdf240.43 Ko