Définition of the work

✔ Freyssenet, M., “Travail”, in Cordellier, S. (dir.), Le Dictionnaire historique et géopolitique du XX siècle, La Découverte, 2000, pp 667-690. Nouvelles éditions en 2002, 2003, 2005. Édition italienne : Bruno Mondadori, Milano, 2001.

✔ Desmarez P., Freyssenet M. (dir.), “Les énigmes du travail”, (The enigmas of work), special issue of Sociologie du Travail, 1994, 125 p.

✔ Freyssenet M., “Quelques pistes nouvelles de conceptualisation du travail”, in Desmarez P., Freyssenet M. (dir.), “Les énigmes du travail”, n° hors série de Sociologie du Travail, 1994, pp 105-122. Version modifiée et développée de: Freyssenet M., “Les énigmes du travail. Quelques pistes nouvelles de conceptualisation du travail”, in Actes du Colloque interdisciplinaire CNRS-PIRTTEM “Travail: bilan et perspectives”. PIRTTEM, CNRS, 1992, pp 5-20. Version en espagnol, Freyssenet M., “Los enigmas del trabajo: nuevas pistas para su conceptuacion”, Economia y Sociologia del Trabajo, Madrid, n°23/24, mars-juin 1994, pp 63-71.

✔ Freyssenet, M., “Le salariat de plein emploi n'est plus l'horizon des nouvelles générations, mais cela signifie nullement la fin du travail", CSU, Paris, 1998, 4 p. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 130 Ko. version initiale de Freyssenet, M., “La crise et les transformations des formes de l’emploi ne signifient nullement la fin du travail” , in Cordellier, S., Le Nouvel Etat du Monde, 80 idées-forces pour entrer dans le XXIème siècle? Paris, la Découverte, 1999, pp. 101-103. Édition en portugais, Campo das Letras, Porto, 2000. Édition en grec, Editions Pataki, 2001. Deuxième édition en français : Freyssenet, M. "La crise et les transformations des formes de l'emploi ne signifient nullement la fin du travail", in Le nouvel état du monde. Les idées-force pour comprendre les nouveaux enjeux internationaux, Cordellier, S. (dir.), La Découverte, Paris, deuxième édition actualisée, 2002, pp 161-163. Édition en chinois : iFront, Taïwan, 2003.

✔ Freyssenet M., “L’invention du travail”, Actes du Colloque Interdisciplinaire - Travail: recherche et prospective", CNRS/PIRTTEM, 1992, pp 65-74. Republié: Freyssenet M., “L’invention du travail”, Futur antérieur, n°16, 1993/2, pp 17-27. Version modifiée et augmentée, Freyssenet M., “Historicité et centralité du travail”, in Jacques Bidet, Jacques Texier (dir.), La crise du travail, PUF, Paris, 1995, pp 227-244. Version modifiée et augmentée en anglais, Freyssenet M, “Emergence, Centrality and End of Work”, Current Sociology, 1999, vol 47, n°2, pp 5-20.

✔ Freyssenet M., "Le plus sûr moyen de se tromper en sciences sociales: japonisation, fin du travail, globalisation, nouvelle économie, société en réseaux…", La Lettre du GERPISA, Avril 2002 (n°159), pp 5-10. Éditions numériques, gerpisa.univ-evry.fr, 2002, Ko ; freyssenet.com, 2006, 220 Ko. Version en anglais : Freyssenet M.,“ The surest way to make a mistake in social sciences : japanisation, end of work, globalisation, new economy, networked societies, etc ”, La Lettre du GERPISA, Juillet 2002 (n°161), p 2-7. Éditions numériques, gerpisa.univ-evry.fr, 2002, Ko. ; freyssenet.com, 2006, 220 Ko. Deuxième version en français, légèrement modifiée : Freyssenet M., « Le plus sûr moyen de se tromper en sciences sociales : japonisation, fin du travail, globalisation, nouvelle économie, société en réseau... », Gérer et Comprendre, Annales des Mines, 2002, pp 34-40. Traduction en espagnol, Freyssenet M., « La forma más sencilla de equivocarse en ciencias socials. Japonización, fin del trabajo, globalización, nueva economía, sociedades en red », Sociologia del Trabajo, n°46, automne 2002, pp 3-17.