Embauches et départs de Renault par motif, 1962-2016

Référence

Freyssenet M., Embauches et départs de Renault, par motif, 1962-2016, Document d'enquête: trois tableaux, trois graphiques. Édition numérique, nfreyssenet.com, 2006 et mises à jour, 49 Ko. ISSN 1776-0941.

Le fichier est téléchargeable en allant à la fin de cette page.

Recherche à l’origine

Recherches sur la trajectoire de Renault

Présentation du tableau

Contenu

Un premier tableau donne le nombre total d’embauches et le nombre total de départs de Renault de 1963 à l'année dernière.
Le deuxième tableau donne les départs de 1962 à l'année dernière, selon le motif : démissions, les mutations vers une filiale, licenciements, fins de CDD, départs « aidés », départs en retraite, décès, créations d’entreprise.
Le troisième tableau donne les embauches de 1977 à 2012 par type de contrat : CDI, CDD, transformation de CDD en CDI

Définitions

Sont comptabilisées l'ensemble des embauches de l'année, sous contrat à durée indéterminée (rubrique 131.1. du Bilan social) ou à durée déterminée (131.2.). Ces embauches comprennent aussi les mutations en provenance des filiales du Groupe Renault. Une personne détachée en filiale et réintégrant un établissement Renault n'est pas comptabilisée. En effet, cette personne n'a pas quitté l'effectif Renault pendant son détachement.

Les départs comprennent les démissions, les mutations vers une filiale, les licenciements, les "ruptures conventionnelles" (modalité de départ introduite en 2010), les fins de CDD, les départs « aidés » (les formules ont été nombreuses dans le temps), les départs en retraite, les décès, les départs pour création d’entreprise. Les effectifs entrés dans le dispositif CASA (Cessation d’Activité des Salariés Agés) entre 2000 et 2005 ne sont comptabilisés comme départs que lorsqu’ils prennent leur retraite, bien que ne travaillant plus. Ils restent en effet inscrits à l’effectif jusqu’à leur départ en retraite.

Sauf de 1977 à 1981, les embauches et les départs comprennent également les « stagiaires vacances », c’est-à-dire les « étudiants » qui remplacent pendant les congés scolaires les salariés en vacances.

Seules sont comptabilisées en embauches en CDD, les personnes ayant gardé leur statut de CDD du début à la fin de leur contrat. Les CDD comprennent les « stagiaires vacances », sauf durant la période 1977-1981. Le nombre des transformations de CDD en CDI ajouté aux embauches directs en CDI, donne la totalité des embauches CDI de l’année.

Les « stagiaires vacances » sont dans les « fins de contrat », dans le tableau des départs par motif, à partir de 1982. Ils ne sont pas pris en compte de 1977 à 1981. Avant, ils sont pris en compte, mais ne figurent manifestement pas dans les « fins de contrat ». Il est possible qu’ils soient dans les démissions. Le graphique des départs par motif doit donc être analysé avec précaution.

Sources et modalités d’élaboration du tableau

Deux sources. La période de 1962 à 1977 est couverte par le Bilan annuel du personnel, document interne non remis aux organisations syndicales. À partir de 1978, la source est le Bilan social, document public légalement exigé des entreprises.

Nature de l’information

Il s’agit d’informations légalement exigées depuis 1978.

Périmètre

Le périmètre a été celui successivement de la RNUR, de Renault SA enfin de Renault sas

Comparabilité

Les séries sont homogènes sauf pour la période de 1977 à 1981, durant laquelle les « stagiaires vacances » ne sont pas pris en compte.

Il n’y a pas eu de changements de définitions des indicateurs entre le Bilan du personnel et le Bilan social.

Commentaires

L’importance du nombre des CDD doit être relativisée par le fait que les « stagiaires vacances » sont inclus. Dans le tableau 1 et 3, leur nombre est donné pour les années 1982-1989. L’information n’apparaît dans les bilans sociaux que pour ces années-là. Les « stagiaires vacances » représentent un pourcentage très élevé, mais variable, des CDD.

L’année 1997 est marquée par la filialisation des usines d’Orléans et de Dreux et du réseau des Succursales. D’où le pic exceptionnel des mutations cette année-là.

En 2008, on peut noter une reprise nette des embauches en CDI, mais elles correspondent pour les 2/3 à des mutations en provenance de filiales, dans le cadre de plans de restructuration.

Mots-clés

Automobile, Renault, Embauches, départs, CDI, CDD, démissions, licenciements, départs en retraite, départs « aidés », fins de contrat, mutations.

Disciplines concernées

Démographie, Économie, Ergonomie, Gestion, Histoire, Sociologie, Statistique

Analyse des résultats

Voir aussi

Site des sources depuis 2004

http://www.renault.com

Date de mise en ligne du document

2006.05.05

Dates des mises à jour

2007.04.24, 2008.04.25, 2009.09.10, 2010.07.08, 2011.12.03, 2012.10.09, 2013.03.09, 2015.11.13, 2016.08.31, 2017.08.03

AttachmentSize
Embauches et departs de Renault 1962 2016.xlsx50.69 KB