Pratiques ouvrières et patronales et enjeu du rapport capital-travail

Images

Références des différentes versions

Freyssenet M., “Pratiques ouvrières et patronales dans les ateliers automatisés et redéfinition de l’enjeu du rapport capital-travail”, in Rapports de classe et sens des pratiques, Séminaire 1983-1984 du CSU, Paris, CSU, 1985, pp. 20-34. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 224 Ko.

Freyssenet M., “Pratiques patronales et pratiques ouvrières dans les ateliers automatisés”, in Roman Reyes (ed.), Cien anos despues de Marx, Actes du Colloque “Cien anos despues de K. Marx. Ciencia y marxismo” 24-28 Octobre 1983, Madrid, Ed. Akal/ Universitaria, 1986, pp 584-592. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 152 Ko.

Les deux versions sont téléchargeables en allant à la fin de cette page.

Bien que publiée avant la seconde, la première version en est une version modifiée et fortement augmentée. On se reportera donc plutôt à cette première version dans l'ordre de parution. La deuxième correspond à une communication présentée au Colloque international “Cien anos despues de K. Marx. Ciencia y marxismo”, qui a eu lieu à Madrid du 24 au 28 Octobre 1983, mais dont les actes n’ont été publiés que trois ans plus tard.

Le résumé et le plan sont ceux de la première version. Des intertitres ont été ajoutés ou modifiés dans l'édition électronique de ce texte pour en faciliter la lecture.

Résumé

Comment analyser la relation entre l'évolution des procès de travail et les pratiques ouvrières et patronales , en des termes autres que ceux d'une détermination plus ou moins médiatisée de l’une sur les autres?

L'analyse sociologique du passage à un procès de travail automatisé semble permettre d'expliciter le sens pratique, ou un des sens pratiques, des pratiques ouvrières et des pratiques patronales dans les nouveaux ateliers. Elle donnerait ainsi la possibilité de surmonter une difficulté de recherche, rarement perçue et le plus souvent éludée, difficulté provenant du fait que des pratiques différentes peuvent avoir le même sens et que des pratiques identiques peuvent avoir des sens différents, difficulté, qui, lorsqu'elle est ignorée, amène à constituer et à distinguer des groupes sociaux sur la base de la seule ressemblance ou différence de leurs pratiques.

Le type d’automatisation mis en oeuvre est examiné au regard de la division intellectuelle du travail qu’elle materialise. Il en résulte des conditions nouvelles pour le contrôle du travail. Celui-ci ne passe plus par le contrôle de la production journalière, mais par l’engagement maximum des machines. L’enjeu du rapport capital-travail en est redéfini.

Les quatres nouvelles formes d’organisation du procés de travail observées, tant sur le plan technique qu’organisationnel, peuvent être analysées comme autant de tentatives pour faire accepter la nouvelle norme de travail du côté patronale, compte tenu des relations antérieures avec les ouvriers et du contexte de l’époque.

La diversité des pratiques trouve un sens commun dans l’enjeu du rapport capital-travail, tel que redéfini par le nouveau stade de la division intellectuelle du travail propre à ce rapport social.

Plan

Introduction: comment approcher le sens pratique des pratiques?
1. La matérialisation de l'intelligence productive dans des ensembles automatisés
2. Les termes nouveaux de l'enjeu du rapport capital travail
3. Les différentes formes d'organisation du travail observables dans les ateliers automatises, les pratiques ouvrières et patronales
3.1. La première forme nouvelle d'organisation du travail se caractérise par le maintien formel de l'ancienne
3.2. L'originalité de la deuxième formule est de privilégier la rapidité du dépannage
3.3. La troisième formule diffère de la précédente uniquement sur un point: l'entretien des machines est sous traité à une société de service
3.4. La quatrième formule est née dans l'usine de la Régie qui a été le théâtre, de 1969 à 1975, de conflits d'O.S. répétitifs et célèbres
Conclusion. Les nouveaux termes du rapport capital-travail éclairent la diversité renouvelée des pratiques ouvrières et patronales

Mots-clés

Automobile, relation salariale, organisation productive, histoire des entreprises, théorie de la firme, division du travail, organisation du travail, conditions de travail, qualification, savoir-faire, compétence, implication, formation, classification des emplois, emploi, relations industrielles, cognition.

Disciplines concernées

Anthropologie, Économie, Ergonomie, Gestion, Histoire, Histoire des Sciences et des Techniques, Sciences cognitives, Science de l’ingénieur, Science du politique, Sociologie,

Contexte d’écriture

Contribution
à l’évolution du questionnement personnel
à la production scientifique du réseau ou du laboratoire d’appartenance
au débat scientifique national et international
à la diffusion des résultats de la recherche
à la valorisation des résultats de la recherche

Références, commentaires, notes critiques

Pertinence actuelle

Voir aussi

✔ Freyssenet M., “La requalification des opérateurs et la forme sociale actuelle d’automatisation”, Sociologie du travail, 4/1984. pp 422-433. Édition numérique : freyssenet.com, 2007, 1,1 Ko.

✔ Freyssenet M., “Processus et formes sociales d’automatisation : le paradigme sociologique”, Sociologie du Travail, n° 4/92, pp 469-496. Digital publication, freyssenet.com, 2007, 428 Ko. Version développée de ✔ Freyssenet M., “Processus et formes sociales d’automatisation”, in Actes du Colloque International Mastech “Maîtrise sociale des technologies”, Lyon, 9-12 septembre 1992. Vol 2. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 120 Ko.

✔ Freyssenet M., The automation process and its social forms: the sociological paradigm, Communication at the SASE Congress (Society for the Advancement of Socio-Economics) Paris, 15-16 Juillet 1994. English version of: Freyssenet M., “Processus et formes sociales d’automatisation. Le paradigme sociologique”, Sociologie du Travail, n° 4/92, pp 469-496. Digital publication, freyssenet.com, 2007, 428 Ko.

✔ Freyssenet M., “Les conducteurs d’unités automatisées : qualification réelle et devenir” communication au Colloque international « Automatisation programmable et usages du travail », Ministère de la Recherche, Paris, 2-4 avril 1987, 18 p. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 212 Ko. Version modifiée et augmentée de ✔ Freyssenet M., “Les conducteurs confirmés d’unités automatisées”, Actes du GERPISA, n° 2, 1986, pp 75-93.

✔ Freyssenet M., “D’une tentative à une autre: fixer puis libérer les ouvriers de métier”, Annales de la Recherche Urbaine, n° spécial, Vie quotidienne en milieu urbain, Colloque de Montpellier, Paris. CRU, 1980, pp 25-45. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 170 Ko.

Sites possibles d’achat ou de commande en ligne des publications papier

http://www.csu.cnrs.fr
http://www.akal.com

Date de la dernière mise à jour de la fiche de présentation

2006.03.21

Date de mise en ligne des versions téléchargeables

2006.03.21, Freyssenet M., “Pratiques ouvrières et patronales dans les ateliers automatisés et redéfinition de l’enjeu du rapport capital-travail”, in Rapports de classe et sens des pratiques, Séminaire 1983-1984 du CSU, Paris, CSU, 1985, pp. 20-34

2006.03.21, Freyssenet M., “Pratiques ouvrières et pratiques patronales dans les ateliers automatisés”, in Roman Reyes (ed.), Cien anos despues de Marx, Actes du Colloque “Cien anos despues de K. Marx. Ciencia y marxismo” 24-28 Octobre 1983, Madrid, Ed. Akal/ Universitaria, 1986, pp 584-592.

Fichier attachéTaille
Pratiques et enjeu.pdf211.12 Ko
Pratiques patronales et ouv.pdf150.14 Ko