L'usine General Motors de Rosario (Argentine)

Images 2

Référence

Freyssenet M., « L’usine General Motors de Rosario. (Province de Santa Fe, Argentine). Première des quatre usines de “haute technologie” que GM avait décidées de construire dans les pays émergents », La Lettre du GERPISA, n°120, février 1998, pp 15-18. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 150 Ko.

Ce texte est téléchargeable sous deux formes, en allant à la fin de cette page.

Résumé

General Motors avait décidé de construire quatre usines dans quatre pays émergents différents: l’Argentine, la Pologne, la Chine et la Thaïlande. Il s’agissait, selon la firme elle-même, de la plus forte extension internationale de son histoire en si peu de temps. La crise asiatique l’avait toutefois conduit à réviser rapidement ses plans au moins pour la Thaïlande.

Au moment de la visite, l’usine n’était pas encore en production. Le personnel était en cours d’embauche et de formation. La convention collective de travail était à la signature des contractants et le texte n’était pas communicable. On pouvait toutefois inférer de la politique-produit, de l’organisation productive et de la relation salariale telles qu’observées, documentées ou relatées, les contours du compromis qui se dessinait entre les acteurs autour d’une stratégie de profit.

Dès sa conception, l’usine de Rosario était douée de capacité de flexibilité, mais dans des limites que les variations du marché du Mercosur allaient probablement rendre insuffisante, en l’absence d’une redistribution moyennement hiérarchisée des revenus nationaux des pays de la région et régulée en fonction de l’augmentation de la productivité interne ou de la compétitivité externe.

Plan

1. Une forte croissance de la demande des véhicules utilitaires légers et des véhicules particuliers de bas de gamme
2. Les incertitudes sociales et syndicales
3. La politique produit de GM-Argentine: les pick-up et le bas de gamme
4. Rosario, une usine d’assemblage de “haute technologie”. Qu’est-ce à dire?
5. La relation salariale: contrat à durée indéterminée, flexibilité quotidienne des horaires, salaire mensuel variable en fonction des performances
6. Un “compromis de gouvernement de l’entreprise”, présupposant la possibilité d’assurer une charge de production relativement régulière à l’usine

Mots-clés

Automobile, General Motors, Argentine, modèles productifs, relation salariale, organisation productive, politique-produit, théorie de la firme, stratégie de profit, mondialisation, régionalisation, modèles de croissance

Disciplines concernées

Économie, Gestion, Géographie, Histoire, Science de l’ingénieur, Science du politique, Sociologie

Contexte d’écriture

Contribution
à l’évolution du questionnement personnel
à la production scientifique du réseau ou du laboratoire d’appartenance
au débat scientifique national et international
à la diffusion des résultats de la recherche
à la valorisation des résultats de la recherche

Références, commentaires, notes critiques

Pertinence actuelle

Voir aussi

Dates de mise en ligne des versions téléchargeables

2006.02.03

Date des mises à jour

2013.07.13

Fichier attachéTaille
GM-Rosario.pdf139.93 Ko
La Lettre du Gerpisa 120 - Visite d usine.pdf100.52 Ko