Entre innovations historiques et contraintes structurelles : éléments d'une théorie des modèles productifs

Référence du texte

Boyer R., Freyssenet M., « Entre innovations historiques et contraintes structurelles : éléments d'une théorie des modèles productifs » Couverture Orange, CEPREMAP, n°2002-05, avril 2002, pp 1-85. Édition numérique, freyssenet.com, 2009, 1,3 Mo, ISSN 7116-0941.

Ce texte peut être téléchargé en allant à la fin de cette page.

Résumé

Ce travail confronte les résultats d'une comparaison dans le temps et dans l'espace des modèles productifs dans l'automobile par le réseau international du GERPISA avec les théories proposées par les sciences sociales. Il ressort que la plupart des problématiques adoptent une approche partielle. Soit elles privilégient la pertinence par rapport à l'environnement (théorie de la contingence, de la dépendance par rapport au chemin) soit elles insistent sur la cohérence interne des dispositifs de gestion (théorie de la rationalisation, l'organisation scientifique du travail, de la production frugale). Ou encore s'opposent les analyses en terme de traitement de l'information et celles qui insistent sur le gouvernement de l'entreprise.

Une définition intégrant l'ensemble de ces facteurs permet de renouveler la compréhension des évolutions historiques. Les modèles d'organisation sont plus complémentaires que concurrents, même si diffèrent leurs capacités de réaction à un environnement changeant et un type d'incertitude portant soit sur le travail soit sur le produit. La production de masse différenciée, loin d'être dépassée par la production frugale montre un surprenant chassé-croisé entre les États-Unis des années 60 et l'Europe des années 90. La complémentarité des dispositifs institutionnels explique la difficulté du passage d'un modèle productif à l'autre. Enfin se trouve démentie l'hypothèse d'un déterminisme technologique strict : le monde façonne tout autant la machine que l'inverse.

Plan
1. Introduction : confronter histoire et théories des modèles productifs 1
2. Un modèle productif comme principe de division du travail associé à une configuration du marché 3

2.1 Un retour à Adam Smith 3
2.2 Les grands modèles industriels et la division du travail. 6
3. Un modèle productif, réducteur de l'incertitude inhérente au travail et au marché 8
3.1 Réduire sans les supprimer les sources d'incertitude 9
3.2 Des méthodes contrastées selon les modèles 10
4. Stratégies de firme, configurations de branche et dynamique globale 13
4.1 Un même environnement institutionnel : une ou plusieurs stratégies de profit ?.... 14
4.2 Une même dynamique de branche est compatible avec la coexistence de modèles industriels différents mais complémentaires 15
4.3 Un modèle productif se doit d'être cohérent avec le mode de régulation 19
5. Charmes et limites des théories de la rationalisation 21
5.1 De Max Weber aux théoriciens contemporains de la « One best way » 21
5.2 Pour une critique rationnelle de la rationalisation : Max Weber contre lui-même. 24
5.3 Les trois failles de la théorie de la rationalisation 25
6. De la contingence des modèles productifs aux théories évolutionnistes 27
6.1 II est de nombreuses configurations qui ne sont pas viables 30
6.2 Les modèles évolutionnistes comme forme affaiblie de la théorie de la contingence. 31
7. Traitement de l'information et structure du pouvoir : deux traits complémentaires des
modèles productifs 32
7.1 Deux grandes visions des organisations et des modèles industriels 33
7.2 Les bases du pouvoir dans la production : expression de compromis locaux ou projection des rapports capitalistes ? 34
7.3 Interdépendance et cohérence de systèmes de pouvoir et d'information 36
8. Ni phénomène purement cognitif, ni détermination stricte par les contraintes matérielles
: le processus complexe d'établissement des modèles productifs 38
8.1 Ne pas négliger l'origine des idées fondatrices 38
8.2 La vision ne suffit pas à créer le monde qui convient. 39
8.3 Un modèle productif comme cohérence d'un contexte, d'une vision, de stratégies, de dispositifs et de résultats 41
8.4 Intentionnalité, effets inattendus et réflexivité plus qu'apprentissage organisationnel. 44
9. Les chassé-croisé de l'histoire et de la géographie des modèles 45
9.1 Au fil du temps : tenter (désespérément) de forger les institutions support d'un modèle et d'une vision 47
9.2 Dans l'espace : les modèles à la recherche une correspondance (miraculeuse) avec les institutions de l'espace d'accueil. 49
9.3 La dialectique du temps et de l'espace 51
10. D'une dépendance par rapport au passé à une coévolution entre modèles productifs et
modes de régulation 52
10.1 Les modèles de la division du travail se conditionnent les uns les autres 53
10.2 La nécessaire compatibilité entre modèles productifs et modes de développement et
de régulation 55
10.3 Le rôle du secteur automobile dans la dynamique du XXe siècle 61
11. Conclusion : le monde qui a changé la machine 62
11.1 Ne pas vouloir expliquer tout avec presque rien 63
11.2 Réconcilier innovations qui font époque et contraintes structurelles 66
11.3 Pourquoi il est si difficile de changer de modèle productif 69
Références bibliographiques 73

Mots-clés
Modèle productif, Secteur de l'automobile, Régime de croissance, Théorie de la contingence, Théorie de la rationalisation, Théorie de la coévolution

Disciplines concernées

Anthropologie, Économie, Ergonomie, Géographie, Gestion, Histoire, Histoire des Sciences et des Techniques, Science de l’ingénieur, Science du politique, Sociologie, Statistique

Contexte d’écriture

Contribution
à l’évolution du questionnement personnel
à la production scientifique du réseau ou du laboratoire d’appartenance
au débat scientifique national et international
à la diffusion des résultats de la recherche
à la valorisation des résultats de la recherche

Références, commentaires, notes critiques
en cours de recension

compte-rendu
note critique
notice bibliographique
commentaire
quelques citations

Pertinence actuelle

Voir aussi

✔ Boyer R., Freyssenet M., Les modèles productifs, Paris, Repères, La Découverte, 2000, 128 p. Version en espagnol, Boyer R., Freyssenet M., Los modelos productivos, Lumen Humanitas, Buenos Aires, Mexico, 2001, 115 p. Version anglaise révisée, Boyer R., Freyssenet M., The productive models. The conditions of profitability, Londres, New York, Palgrave, 2002, 126 p. Version allemande révisée et augmentée, Boyer R., Freyssenet M., Produktionmodelle, Ein e Typologie am Beispiel der Automobilindustrie, Edition Sigma, Berlin, 2003, 160 p. Deuxième publication en espagnol, Boyer R., Freyssenet M., Los modelos productivos, Editorial Fundamentos, Madrid, 2003, 155 p. Version italienne révisée et augmentée., Boyer R., Freyssenet M., Oltre Toyota. I nuovi modelli produttivi, EGEA, Università Bocconi Editore, Milano, 2005, 170 p.

✔ Freyssenet M., « Trajectoires nationales et trajectoires de firmes. Esquisse d’un schéma d’analyse » Actes du GERPISA, octobre 2005, n°38, pp 25-62. Éditions numériques, gerpisa.univ-evry.fr, 2005; freyssenet.com, 2006, 824 Ko. Autre publication: ✔ Freyssenet M., « Trajectoires nationales et trajectoires de firmes. Esquisse d’un schéma d’analyse », in Y Lung (dir.) Actes de la Treizième Rencontre Internationale du GERPISA, « Organisation productive, relation salariale, financiarisation : les spécificités de l’industrie automobile », 16-17 juin 2005, Ministère de la Recherche, Paris, Cederom. Édition numériques: gerpisa.univ-evry.fr, 2005; freyssenet.com, 2006, 824 Ko.

Date de la mise en ligne de l’article

2015.09.12

Dates des mises à jour

Fichier attachéTaille
Entre innovations historiques et contraintes structurelles.docx1.28 Mo