Les conditions de la réindustrialisation de la France. Stratégies de profit des firmes et mode de croissance national

Références

Freyssenet M., Présentation avec diapositives. Les conditions de la réindustrialisation de la France. Stratégies de profit des firmes et mode de croissance national. Lasaire, La Tribune-Le Progrès: "Les voies de la réindustrialisation nationale et locale", Forum du Technopole, Saint-Etienne, 28 Mars 2013. Édition numérique : freyssenet.com, 2013, 177 Ko, ISSN 7116-0941.

Freyssenet M., La « montée en gamme » : un consensus aveugle ? Confusions et méprises. Lasaire, La Tribune-Le Progrès: "Les voies de la réindustrialisation nationale et locale", Forum du Technopole, Saint-Etienne, 28 Mars 2013. Édition numérique : freyssenet.com, 2013, 83 Ko, ISSN 7116-0941.

Le texte et la présentation peuvent être téléchargés en allant à la fin de cette page.

La présentation reprend une partie d'une précédente présentation, en l'actualisant, faite au Séminaire Franco-Allemand "Problèmes de compétitivité: France Allemagne, comparaison et perspectives", Lasaire et Fondation Friedrich Ebert, Palais d'Iéna, Paris, 2012.10.15.

Plan de la présentation

1. Les causes de la désindustrialisation du site France selon le rapport Gallois, le Pacte National pour l'Emploi et l'Accord National Interprofessionnel et les solutions proposées

2. Les conditions de la réindustrialisation selon les causes de la désindustrialisation
- incohérence stratégique des firmes et absence de consensus national sur la stratégie de croissance
- choisir un mode de croissance national clair et durable et construire un compromis de gouvernement dans les entreprises

3. L'exemple de l'industrie automobile
- ampleur de la désindustrialisation
- Cause: ni le « coût du travail », ni les « rigidités » de toutes sortes, mais des stratégies de profit de PSA et Renault devenues incohérentes.
La preuve par Volkswagen et Hyundaï
- Condition du renouveau: PSA doit retrouver les "fondamentaux" de la stratégie "volume et diversité", Renault doit choisir clairement une stratégie "innovation et flexibilité réactive"

Conclusion:
- en finir avec les changements fréquents de cap en matière de mode de croissance national
- en finir avec le refus patronal de construire des compromis de gouvernement d'entreprise. Les syndicats pour leur part y sont prêts, si la stratégie de profit de l'entreprise est mise en discussion et adoptée après analyse et débat.

Résumé du texte

La « montée en gamme » de la production, comme solution à la désindustrialisation de la France, transcende aujourd’hui presque tous les clivages politiques et sociaux.

La France devrait profiter de la « mondialisation » pour se faire une place qui la mettrait à l’abri de la course au moins-disant salarial, en prenant exemple sur les pays de l’Europe du Nord, et en premier lieu sur l’Allemagne, qui aurait su précisément « monter en gamme » à temps.

Raisonner ainsi, c’est d’abord commettre une erreur historique sur l’origine de la bonne santé des entreprises allemandes, c’est ensuite s’aveugler sur la trajectoire prévisible des grands pays émergents, c’est enfin ignorer comment se construisent et se renouvellent la compétitivité des entreprises capitalistes et l’attractivité des territoires. L’industrie automobile est un bon exemple de ces incompréhensions.

La compétitivité des entreprises ne vient pas de plus de qualité, d’innovation ou de prix imbattables, mais de la pertinence de leur stratégie de profit dans l’environnement qui est le leur et de la cohérence des moyens employés pour mettre en œuvre la stratégie choisie. Or plusieurs stratégies sont possibles, qui toutes ne requièrent pas la « montée en gamme », y compris dans un pays comme la France. L’histoire de la branche automobile montre que les entreprises trouvent la stratégie pertinente et invente un modèle cohérent lorsqu’elles parviennent à construire un compromis de gouvernement d’entreprise sur des moyens acceptables par les principales parties prenantes.

Les territoires sont, deviennent attractifs lorsque leur stratégie de croissance est au minimum compatible, et mieux encore favorable, aux stratégies de profit des entreprises qui veulent s’implanter ou se maintenir. Une stratégie de croissance nationale, pertinente et cohérente, présuppose là aussi un compromis de fait entre les forces sociales et politiques nationales. À la décharge des entreprises françaises, la stratégie de croissance de la France est tout sauf claire, à la différence de celle de l’Allemagne. Plusieurs options sont possibles, compte tenu de l’histoire et des rapports de force nationaux et internationaux. Mais la pire est de ne rien faire, ou si peu, pour que ce choix soit fait.

Mots-clés

Désindustrialisation, réindustrialisation, montée en gamme, Industrie automobile, délocalisation, coûts salariaux, stratégie de profit, compromis de gouvernement d’entreprise, Renault, PSA, Volkswagen, Hyundaï, rapport gallois, Pacte National pour l'Emploi, Accord National Interprofessionnel pour la sécurisation des parcours professionnels

Disciplines concernées

Économie, Géographie, Gestion, Histoire, Science du politique, Sociologie

Références, commentaires, notes critiques
en cours de recension

compte-rendu
note critique
notice bibliographique
commentaire
quelques citations

Pertinence actuelle

Voir aussi

Date de la mise en ligne de la présentation

2013.05.01

Dates des mises à jour

Fichier attachéTaille
Les conditions de la réindustrialisation de la France.pptx177.71 Ko
La montée en gamme. Confusions et méprise.pdf83.05 Ko