Lettre d'appel à la constitution du GERPISA, mars 1981

Référence du texte

Freyssenet M., Fridenson P., Proposition d’un groupe d’études sur l’industrie et les salariés de l’automobile, mars 1981, La Lettre du GERPISA, n° 10, mars 1996. Éditions numériques : gerpisa.org, 2001, 64 Ko ; freyssenet.com, 2011, 64 Ko, ISSN 7116-0941.

Ce texte peut être téléchargé en allant à la fin de cette page.

Ècrit en mars 1981 sous forme de lettre envoyée aux participants potentiels, il a été reproduit dans La Lettre du GERPISA en mars 1996, à l’occasion du quinzième anniversaire du réseau, devenu entre-temps international.

Résumé

En mars 1981, Michel Freyssenet (sociologue, CNRS) et Patrick Fridenson (historien, EHESS) proposaient à leurs collègues, de toutes disciplines, effectuant des travaux sur l’industrie automobile, de constituer un groupe d’études et de recherche sur ce secteur industriel, qui prendra rapidement le nom de GERPISA (Groupe d’Étude et de Recherche Permanent sur l’Industrie et les Salariés de l’Automobile).

Cette proposition est née d’une expérience des deux initiateurs et d’une double préoccupation : conjoncturelle d’une part, scientifique d’autre part. Michel Freyssenet et Patrick Fridenson avaient publié des ouvrages, le premier sur la sidérurgie, Renault et Fiat, le second sur l’histoire de la Régie Renault et sur la Révolution Automobile. Leur conviction était qu’il n’était possible d’aller au-delà dans la compréhension de l’histoire et de la vie des entreprises qu'en rassemblant toutes les compétences disciplinaires nécessaires. Il s’est trouvé qu’au tournant de la décennie 70-80, l’industrie automobile française commençait à présenter des signes de faiblesse, qui laissaient craindre l’enclenchement d’un processus similaire à celui qui avait conduit la sidérurgie française à la faillite financière, obligeant le gouvernement de Raymond Barre, pourtant d’orientation libérale, de nationaliser les principales firmes du secteur. Pour analyser ce qui était en train de se jouer, aucun chercheur individuellement, aucune discipline de sciences sociales seule n’était en mesure de produire des résultats satisfaisants, en démêlant l’écheveau des facteurs internationaux, nationaux, sectoriels, économiques, techniques et sociaux. D’où la proposition de former un réseau interdisciplinaire de chercheurs pour étudier, sous tous leurs aspects et enchaînements, les transformations des firmes automobiles.

Mots-clés

Réseau, interdisciplinarité, GERPISA, industrie automobile, histoire des enterprises, théorie de la firme, process de travail, relation salariale.

Disciplines concernées

Économie, Ergonomie, Géographie, Gestion, Histoire, Histoire des Sciences et des Techniques, Science de l’ingénieur, Science du politique, Sociologie.

Contexte d’écriture

Contribution
à l’évolution du questionnement personnel
à la production scientifique du réseau ou du laboratoire d’appartenance
au débat scientifique national et international
à la diffusion des résultats de la recherche
à la valorisation des résultats de la recherche

Références, commentaires, notes critiques

Pertinence actuelle

Voir aussi

Date de la mise en ligne de l’article

2011.05.06

Dates des mises à jour

Fichier attachéTaille
Proposition d un groupe d etudes sur l industrie et les salaries de l automobile%0Amars 1981.pdf64 Ko