Ségrégation spatiale et déplacements sociaux dans l’agglomération parisienne de 1954 à 1968

Référence du texte

Freyssenet M., Regazzola T., Retel J., Ségrégation spatiale et déplacements sociaux dans l’agglomération parisienne de 1954 à 1968, Paris, CSU, 1971, 161 p. Édition numérique: freyssenet.com, 2010, 3,8 Mo, ISSN 7116-0941.

Ce texte peut être téléchargé. On trouvera le fichier en allant à la fin de cette page.

La pagination et la mise en page ne sont pas celles de l'original. Quelques corrections ont été apportées pour éliminer des erreurs de frappe (concernant notamment quelques chiffres) qui avaient échappé à l'époque. La lisibilité des cartes n'est pas toujours excellente, mais les données correspondantes sont fournies soit dans des tableaux insérés dans le texte, soit en annexe.

Résumé

Cette recherche visait à décrire de la manière la plus précise et rigoureuse possible l'évolution de la composition sociale des communes et quartiers de l'agglomération parisienne entre les recensements de 1954, 1962 et 1968 et les mouvements de population par catégorie socio-professionnelle.

Le but de cette description était double : provoquer une rupture par rapport aux représentations (fort nombreuses) de l'évolution de l'agglomération parisienne, produire des données dont la théorie aurait à rendre compte et à l'aide desquelles elle pourrait se construire. Les mouvements réels sont en effet beaucoup plus complexes que le sens commun se les représente, et sont, dès lors, très "exigeants" pour les théories de l'urbanisation.

Un programme informatique nommé "Typol", mis au point lors d'une précédente recherche effectuée à l'OREAM Lyon-St Etienne-Grenoble, a été notamment utilisé pour caractériser chaque unité géographique par sa composition socio-professionnelle aux trois dates de recensement de la population.

Les résultats permirent de remettre en cause certaines affirmations hâtives sur la "conquête de Paris par la bourgeoisie" et la transplantation des ouvriers en banlieue. Globalement, la ségrégation sociale, mesurée par un coefficient de corrélation entre les pourcentages des catégories socio-professionnelles prises deux à deux, avait été maintenue entre les ouvriers d'une part et les cadres supérieurs-professions libérales d'autre part. Le fait nouveau au cours de la période avait été le passage d'une "association spatiale" des employés avec les cadres moyens et supérieurs à une association avec les ouvriers.

Le "niveau social" de Paris s'était effectivement "élevé", mais il l'avait fait non par forte croissance des catégories "supérieures" mais par forte décroissance des employés, des ouvriers, du personnel de service, des artisans et petits commerçants, des "autres catégories", due autant à un non renouvellement qu'à un solde migratoire négatif. Les mouvements migratoires entre Paris et sa banlieue avaient été importants pour toutes les catégories socio-professionnelles, et leurs soldes toujours négatifs avec Paris. Les déplacements vers la banlieue n'étaient pas propres aux catégories "populaires". Ce qui leur était propre, c'était les causes, les conditions et les conséquences de ces déplacements. En banlieue, le type de commune à majorité ouvrière, qui était le plus fréquent en 1954, avait cédé la place au type caractérisé par un pourcentage voisin de cadres moyens, d'employés et d'ouvriers qualifiés et un pourcentage faible de cadres supérieurs et d'ouvriers spécialisés-manoeuvres. Globalement, la banlieue n'était pas devenue plus "populaire", car les cadres supérieurs et les cadres moyens y avaient augmenté en nombre beaucoup plus vite que les ouvriers. À Paris, le nombre de quartiers à majorité ouvrière avait fortement régressé au profit de quartiers de type "supérieur" ou "moyen supérieur".

L'enquête soulignait la variété et la complexité des mouvements de population selon les catégories socio-professionnelles. Elle appelait des recherches approfondies sur les marchés du travail et du logement par catégorie socio-professionnelle et sur les processus de localisation des emplois et de l'habitat.

Plan

1. Présentation de l'étude et principaux résultats
1.1. Objet et objectif
1.2. Ségrégation, répartition, et mouvements
1.3. Niveaux et moyens d'analyse
1.4. Données chiffrées et mots images
1.5. Résultats généraux
1.6. Résultats par catégorie sociale

2. Ségrégation et déplacements sociaux entre Paris et sa banlieue
2.1. Transformation de la composition sociale de la population active, et modification de la répartition entre Paris et sa banlieue de chaque catégorie sociale
2.1.1. Les indices utilisés
2.1.2. Les sources
2.1.3. Variation de l'ensemble de la population active
2.1.4. Les catégories sociales en baisse sensible et prolongée
2.1.5. Les catégories sociales en baisse modérée
2.1.6. Les catégories sociales en croissance très faible et moins forte que celle de la population active totale
2.1.7. Les catégories sociales en augmentation modérée et supérieure à celle de la population active totale
2.1.8. Les catégories sociales en augmentation sensible et prolongée
2.2. Approches des échanges migratoires entre Paris et sa banlieue, par catégorie sociale
2.2.1. Les sources
2.2.2. Les traitements statistiques possibles
2.2.3. "Variation naturelle" et échanges migratoires de Paris avec le reste de la métropole
2.2.4. Échanges migratoires Paris Banlieue

3. Typologie des communes et des quartiers et évolution de la ségrégation spatiale à ce niveau géographique
3. 1. Typologie des communes et quartiers
3.1.1. La constitution des types
3.1.1.1. Le programme "Typol”
3.1.1.2. Choix effectués pour le traitement des informations
3.1.1.3. Regroupement des types
3.1.1.4. Critères de correspondance des types, entre recensements
3.1.2. Évolution de la distribution des communes et quartiers entre les types
3.1.3. Évolution de la composition sociale des diffé¬rentes parties de l'agglomération
3.1.4. Les types et l'évolution de leur répartition spatiale.
Type 1
Type 2
Type 3
Type 4
Type 5
Type 6
Type 7
Type 8
3.2. Catégories sociales "associées" et catégories sociales "ségrégées"
3.2.1. Les indices et leur utilisation
3.2.2. Les cadres supérieurs et professions libérales
3.2.3. Les cadres moyens
3.2.4. Les employés
3.2.5. Les ouvriers qualifiés et les contremaîtres
3.2.6. Les "ouvriers spécialisés" et les manoeuvres
3.2.7. Les étrangers

Annexes
1. Types 1954 1968 des quartiers de Paris par arrondissement, et des communes de l'agglomération parisienne (limites 1962) par ordre alphabétique
2. Types 1962 et 1968 des communes de l'agglomération parisienne (limites 1962) et des quartiers de Paris, selon leur type en 1954

Mots-clés

Ségrégation sociale, ségrégation spatiale, Paris, agglomération parisienne, mouvements de population, catégories sociales, typologie de communes et quartiers, recensement de la population,

Disciplines concernées

Démographie, Économie, Géographie, Histoire, Science du politique, Sociologie, Statistique

Contexte d’écriture

Grands programmes d'aménagement du territoire, notamment de la région parisienne, dans le cadre de la politique gaullo-pompidolienne de développement industriel.
Forte croissance de la banlieue parisienne et des "grands ensembles" de logements.
Nombreux conflits en matière de logement et de transports urbains, amplifiant les conflits du travail caractéristiques de la période 1965-1975.

Depuis 1969-1970, se développait un courant de recherche, dont le projet était d'opérer plusieurs ruptures. La première l'était avec une partie de la sociologie urbaine des années 60 qui posait le cadre urbain comme une donnée dans lequel évolue la population, dont les comportements constituaient l'objet. La deuxième rupture à opérer était avec l'économie urbaine qui réduisait les agents sociaux à des agents économiques, dont la rationalité des conduites ne pouvait être que la tendance à la maximisation des avantages. Une troisième rupture enfin, avec la géographie urbaine qui raisonnait en termes de facteurs de localisation. Ce nouveau courant de recherche entendait traiter le cadre urbain comme produit social.

Ces approches stimulantes avaient cependant l’inconvénient de se faire exclusivement dans le cadre d'une théorie de la suraccumulation-dévalorisation du capital monopoliste, qui ignorait les ressorts contradictoires de la division du travail, à l'origine de la formation des emplois et des multiples formes de leur localisation. Or la France, comme d'autres pays industrialisés, était alors en pleine phase, non seulement de généralisation du salariat, mais aussi de contestation de la division du travail dans les entreprises.

Contribution

à l’évolution du questionnement personnel

Cette publication correspond à une des deux recherches, qui, commencées avant mon arrivée au CSU, m'ont été confiées pour les achever et en rédiger les compte-rendus. Fondamentalement descriptives, elles confirmèrent la nécessité urgente pour comprendre les mouvements de population d'englober dans leur analyse et les processus d'urbanisation et l'évolution de la division spatiale du travail.

à la production scientifique du réseau ou du laboratoire d’appartenance
au débat scientifique national et international
à la diffusion des résultats de la recherche
à la valorisation des résultats de la recherche

Références, commentaires, notes critiques

en cours de recension

compte-rendu
- Population, D C, Année 1972, Volume 27, Numéro 4-5, p. 918
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pop_0032-4663_1972_num_27_4_15264

note critique

note bibliographique
- Population, Année 1972, Volume 27, Numéro 3, pp. 573
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pop_0032-4663_1972_num_27_3_15213?

commentaire
- Annales de Géographie[/i, Guillon Michelle, "Les rapatriés d'Algérie dans la région parisienne", 1974, t. 83, n°460. pp. 644-675.
doi : 10.3406/geo.1974.18959
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1974_num_83_460_18959

citation
- [i]Revue française de sociologie, Jacques Lautman, Année 1974, Volume 15, Numéro 2, pp. 275.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1974_num_15_2_2260

référence bibliographique

Pertinence actuelle

Voir aussi

Sites possibles d’achat ou de commande en ligne de la publication papier

Date de la mise en ligne de l’ouvrage

2010.01.18

Dates des mises à jour

Fichier attachéTaille
Segregation spatiale et deplacements sociaux dans l agglomeration parisienne de 1954 a 1968.pdf3.85 Mo