Stratégies de profit, modèles productifs et formes d’automatisation

Référence du texte

Freyssenet M., « Stratégies de profit, modèles industriels et formes d’automatisation de l’assemblage », version française originale de Freyssenet M., « Competitive Strategies, Industrial models and Assembly Automation Templates », in Comacchio A., Volpato G., Camuffo A. (eds), Automation in Automotive Industries. Recents Developements, Springer, Berlin, 1999, pp. 31-45. Édition numérique : freyssenet.com, 2009, 237 Ko, ISSN 1776-0941.

Le texte est téléchargeables. On trouvera le fichier en allant à la fin de cette page.

Résumé

Le texte montre le caractère pionnier des travaux de Takahiro Fujimoto sur les différentes stratégies et formes d’automatisation chez les constructeurs automobiles au début des années 90, et pointe en même temps les limites de la typologie à deux critères proposée.

Cette typologie est une contribution importante à l’effort fait pour substituer à la représentation classique d’une automatisation homogène dans ses caractéristiques techniques, évoluant en fonction des découvertes scientifiques et techniques et se diffusant plus ou moins rapidement selon les pays et les firmes, la vision d’une automatisation variée dans ses objectifs et ses formes, en raison d’une part de contextes qui peuvent être dominés soit par les exigences du marché du travail, soit par les contraintes du marché du produit, et d’autre part d’approches qui peuvent être systémiques ou au contraire additives. En prenant en compte les différences de contexte économique et social, la typologie permet effectivement de comprendre pourquoi l’automatisation est orientée prioritairement dans certains cas vers l’amélioration des conditions de travail et dans d’autres vers l’accroissement de la compétitivité. En revanche, elle ne permet pas de comprendre pourquoi à même contexte l’approche additive est préférée à l’approche systémique ou vice-versa. Elle ne permet pas non plus de comprendre les cas de choix de stratégie d’automatisation contradictoire avec les exigences du contexte, ni les nombreuses caractéristiques secondaires des lignes automatisées (ligne longue, courte, tronçonnée ou en épi, avancement continu ou par saccade , machines automatiques éparpillées ou regroupées, autonomes ou intégrées, spécialisées, multi-spécialisées ou flexibles, etc.).

Le texte propose de ré-explorer la variété des stratégies et des formes d’automatisation à partir des différences de stratégies de profit des firmes et de leur pertinence dans le contexte qui est celui de ces firmes. Il apparaît tout d’abord qu’il y a au moins autant d’automatisations que de stratégies de profit, soit au moins six. Ce nombre peut s’accroître si l’on considère les modèles productifs qui mettent en œuvre ces stratégies, ce que le texte ne fait pas, laissant cette analyse à un travail futur. Mais la diversité de l’automatisation résulte surtout de l’incapacité de la majorité des firmes à rendre cohérentes leur politique-produit, leur organisation productive et leur relation salariale, entre elles et avec la stratégie de profit poursuivie. Les raisons en sont nombreuses : la conscience de la nécessité de mettre en cohérence les choix techniques avec les choix sociaux et les choix stratégiques est loin d’être partagée ; la construction d’un compromis de gouvernement entre les principaux acteurs est un processus difficile à faire aboutir, même s’il est indispensable ; les débats autour des moyens à mettre en œuvre recouvrent souvent en fait une confrontation sur la pertinence de la stratégie de profit suivie ; l’idéologie des « meilleures pratiques », le mimétisme qu’elle entraîne et l’occultation des sources réelles de profit pour l’entreprise considérée.

Plan

1. La diversité des stratégies et des formes d’automatisation. Les questions non résolues
2. Les stratégies de profit des firmes et les modèles industriels adoptés pour les mettre en oeuvre impliquent des formes différentes d’automatisation
3. La mise en cohérence de la stratégie de profit, de l’organisation socio-productive et de la forme d’automatisation est difficile à réaliser
Conclusion

Mots-clés

Automatisation, industrie automobile, stratégie de profit, modèle productif, histoire des entreprises, théorie de la firme, capitalisme,

Disciplines concernées

Anthropologie, Économie, Ergonomie, Gestion, Histoire, Histoire des Sciences et des Techniques, Sciences cognitives, Science de l’ingénieur, Sociologie.

Contexte d’écriture

Contribution
à l’évolution du questionnement personnel
à la production scientifique du réseau ou du laboratoire d’appartenance
au débat scientifique national et international
à la diffusion des résultats de la recherche
à la valorisation des résultats de la recherche

Références, commentaires, notes critiques

Pertinence actuelle

Ce texte ouvrait un champ de recherches qui n’ont pu être développées, d’autres thèmes ayant paru plus urgents. Aujourd’hui où l’automatisation se diffuse dans de nombreuses activités, il serait opportun d’en reprendre l’analyse et de tester plus avant la perspective proposée.

Voir aussi

Freyssenet M., “Division du travail, taylorisme et automatisation: confusions, différences et enjeux”, in M. de Montmollin, O. Pastré (dir.), Le Taylorisme, Paris, La Découverte, 1984, pp 321-333.

Freyssenet M., “Processus et formes sociales d’automatisation. Le paradigme sociologique”, Sociologie du Travail, n° 4/92, pp 469-496. Édition numérique, freyssenet.com, 2007, 200 Ko.

Freyssenet M., “La production réflexive, une alternative à la production de masse et à la production au plus juste?”, Sociologie du Travail, n°3/1995, pp 365-388.

Freyssenet M., The Current Social Form of Automation and a Conceivable Alternative: French Experience, in Shimokawa K., Jurgens U., Fujimoto T., (eds), Transforming Automobile Assembly. Experience in Automation and Work Organization, Springer, Berlin, 1997, pp 305-317. Édition numérique, freyssenet.com, 2006, 120 Ko.

Boyer R., Freyssenet M., Les modèles productifs, Paris, Repères, La Découverte, 2000, 128 p.

Sites possibles d’achat ou de commande en ligne de la publication papier

http://www.springer.com

Date de la mise en ligne du texte

2009.11.09

Dates des mises à jour

2015.09.24

Fichier attachéTaille
Strategies de profit modeles industriels et formes d automatisation de l assemblage.pdf158 Ko